Canalblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

OVNI 66 - Pyrénées-Orientales

1 mai 2024

Les OVNI et les extraterrestres, quoi de neuf ?

Les OVNI, c’est le marronnier des mois de Juin depuis plus de 70 ans et comme chaque année on recommence, on reparle de ces phénomènes aériens non identifiés, le plus souvent des cas anciens - ceux qui ont marqué notre jeunesse. Ils reviennent en couverture des magazines et journaux à sensations avec toujours ce réflexe tenace qui consiste à associer OVNI et visites extraterrestres. Le gros piège !
Côté preuves matérielles, quoi de neuf ? Hormis les spéculations à outrance et le business de l’ufo-divertissement, il n'y a toujours rien, absolument rien de probant à se mettre sous la dent à ce jour.
 


2023 restera gravée dans nos mémoires comme étant l’année de la mise en lumière de ces tristes clowns qui exploitent les affaires UFO / UAP (OVNI / PAN) pour la gloire et le profit, jusqu’à gangrener les instances américaines au sein même du Pentagone.

C'est difficile à admettre mais il existe une frange de personnalités très médiatiques, qui s'est faite la spécialité de profiter de la crédulité de certains élus, des pilotes, des militaires, des membres du renseignement, pour forcer le congrès à financer une étude sur des preuves de visites extraterrestres. Une divulgation (disclosure en anglais) attendue et devenue nécessaire pour l'opinion populaire. Mais divulguer quoi en fait ?

Sous cette pression populaire, la NASA s’y colle. Est-ce un progrès ? Oui assurément mais peut-être pas pour tout le monde car la NASA veut des données qui font cruellement défaut.


Pour les enquêteurs de terrain - ceux qui collectent les données - l'hypothèse extraterrestre n’est jamais envisagée car elle n'est pas utile. La source du mystère est presque toujours une erreur d’évaluation (vitesse, distance, dimension, altitude) une méprise, un artéfact bien de chez nous, un phénomène météo ou astronomique, un contexte singulier, unique pour le témoin qui déclare souvent un "je n'ai jamais vu ça" comme s'il s'agissait d'un tampon d'authenticité. En réalité d'autres l'ont vu mais n'ont rien dit car eux, l'ont identifié (cela arrive très souvent).

Quand on entre dans les détails des rapports circonstanciés, les observations confirmées par des données objectives ne démontrent pas un comportement anormal, une anomalie de trajectoire ou de forme, qui obligeraient à envisager l’hypothèse extraterrestre comme seule et unique explication possible à une observation insolite.
 


Le constat est terrible pour l’ufologie : une littérature s’accumule depuis des décennies, composée de collections de témoignages rarement sourcés, mis à l’épreuve ou vérifiés. On constate que les articles relayés sont malheureusement souvent transformés au fil des éditions.
 


On y traite de cas invérifiables, lointains, anciens, inaccessibles. On ne garde que ceux qui servent à entretenir des croyances, des valeurs et théories pour le moins suspectes et de nos jours, tels les tabloïds d'antan, les réseaux sociaux, temples de la crédulité contemporaine, s’en donnent à cœur joie en transformant ces récits de manière spectaculaire. 

Que penser de ces Rencontres du 3e type, de ces crashes de vaisseaux spatiaux, de ces enlèvements par des extraterrestres venus sonder nos plants de lavandes et de ces prétendus contacts télépathiques ? Oui, c’est tentant de mélanger les genres  - observations de PAN et rencontres d'humanoïdes (RR3) - mais les données sont bien différentes !
 


Apophénie quand tu nous tiens !

D’un côté des « accidents visuels » explicables après analyse ; de l’autre, des témoins seuls ou dépendants, sans preuves ni données concrètes. L’amalgame de ces deux types d’évènements distincts participe depuis toujours au mythe des visites extraterrestres. Cette corrélation est un fourre-tout de l'ignorance, une facilité intellectuelle. Pas la peine de vérifier, c'est un coup des aliens.

Pourtant, depuis 30 ans, on remarque la disparition progressive de récits d’enlèvements et de crashes d’OVNI. Pourquoi ? Notre environnement moderne, vidéo-surveillé, serait-il trop dangereux pour ces visiteurs interplanétaires ? Les signalements ne sont plus du tout spectaculaires. Les ovnis «tôles et boulons» c’est bel et bien fini. Maintenant on se contente de lumières lointaines, de formes floues : ça fait rêver et ça rapporte.
 


Les militaires s'intéressent aux OVNI

Certains s’en étonnent. C’est pourtant légitime : la surveillance d’incursions d’aéronefs non identifiés dans l’espace aérien, est une de leurs missions essentielles. Nul besoin d’extraterrestres pour justifier la rétro-ingénierie ou le secret. L'espionnage, la surveillance et le sabotage ont toujours existé. Les crashes, les tests, les essais, les exercices militaires obligent à récupérer les débris encombrants dans le plus grand secret, quitte à laisser planer le doute sur leur origine. C'est pratique.

Alors pourquoi l’ufologie ?

L’attrait du mystère, la maîtrise d’outils et de méthodes qui demandent à se former régulièrement dans divers domaines, tous passionnants (ciel, météo, astronomie, astronautique, aéronautique, optique, etc.). Le plaisir de rencontrer des gens très différents, de tous horizons, pour la plupart de bonne foi et sincèrement affectés par ce qu'ils ont vu. Le petit espoir qu'un jour des visiteurs extraterrestres viennent bouleverser notre conception du monde ?

Depuis 15 ans, OVNI66 répond aux témoins locaux, dans les Pyrénées-Orientales (66), avec des enquêtes de proximité pour reconstituer le contexte de l'observation dans les 48/96h si possible, au plus tard dans les 3 mois. Il y a plein de raisons qui justifient le choix de ne traiter que les cas locaux et de le faire rapidement mais cela fera l'objet d'un autre article.

On ne traite pas les OVNI comme un phénomène global.

On travaille au cas par cas. Chaque témoignage est considéré comme unique.
Et cela porte ses fruits ! Quand l’observation est récente, traitée rapidement (96h), dans un environnement familier, avec un réseau de vérification fiable, on atteint les 100% de résolution ! Quand le témoignage est ancien, on tombe à 97%, souvent par manque de données.
 

Les témoins informés par les conclusions d’enquêtes sont plutôt satisfaits (quelques rares déçus). Jouer au détective, patauger dans l’inexpliqué, résoudre une affaire ou offrir la meilleure hypothèse est un exercice enrichissant et passionnant que je recommande à tous les curieux.

Les outils d'aujourd'hui, à la portée de tous permettent de vérifier l'état du ciel au moment de l'observation : avions, aéronefs, mouvements militaires, satellites, réseaux d'astronomes, météo, tout est accessible pour peu que l'on s'y intéresse. Sans oublier que maintenant, chacun dispose d'un appareil photo dans la poche, qui contient en plus, toutes ces applications utiles.

Le plus chronophage dans l’ufologie, ce sont les débats stériles entre croyants et sceptiques. Pas facile d’admettre qu’aucune preuve matérielle n’appuie l’hypothèse extraterrestre. Pas facile d’accepter que la plupart des bouquins du rayon ufologie sont très critiquables. J'ai lu tous les bouquins ci-dessus, tirés de ma bibliothèque personnelle et il faut avouer que très peu (il y en a) ont suivi des méthodes rigoureuses d'investigation pour vérifier tous les détails des témoignages. Beaucoup ne sont que des collections d'articles déjà parus, déformés par le filtre de chacun.

Croire ou savoir ?

Cet engouement injustifié en faveur de l’hypothèse extraterrestre, ces lanceurs d’alertes américains qui savent très bien ce que d’autres ont vu, ces rumeurs extraordinaires qui fleurissent ici et là. Il est temps que la science s’en mêle avec prudence pendant que d'autres s’emmêlent avec leur foi.

La NASA, un progrès ?

On ne peut pas résumer l’intervention de l’équipe choisie par la NASA en quelques mots mais j’ai l’impression que les deux dernières éditions du CAIPAN organisées par le CNES/GEIPAN n’ont rien à lui envier. L’esprit est le même avec une volonté de normaliser les données et de les partager.

Une plateforme centraliserait ces données, issues de capteurs existants ou à créer, pour caractériser et identifier ce qui sera possible. Des IA seraient sollicitées pour analyser ces millions de photos fournies par les satellites d'observation et caméras de surveillance. Des capteurs disséminés sur le continent américain scruteraient la moindre incursion aérienne. Ces solutions sont envisagées et certaines sont déjà engagées. Contrairement au GEIPAN, le témoignage humain est mis de côté car jugé non fiable. La science dure est mise en avant, tout comme au CNES.

Actuellement aucune donnée ne permet d’envisager l’hypothèse de visiteurs extraterrestres : la NASA n’a rien qui puisse l’appuyer (idem pour le CNES/GEIPAN). Le besoin d’identifier les PAN est nourri par la curiosité scientifique, la sécurité aérienne civile et militaire (car les incursions étrangères existent bien). Résoudre ces observations provisoirement inexpliquées n'en reste pas moins passionnant et si un jour nous sommes réellement visités, c'est avec un esprit critique que nous pourrons l'appréhender convenablement.

30 octobre 2022

COLLOQUE DU CAIPAN II des 13 et 14 octobre 2022 à Toulouse

salle-600

Collecte et Analyse des Informations sur les Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés*

Les 13 et 14 octobre 2022, j'ai participé au CAIPAN* II à Toulouse. Ce colloque était consacré aux études de cas d’observations de PANs (Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés), ainsi qu’aux connaissances, méthodologies et outils d’enquêtes et d’expertises.

Avec près de 102 participants, une grande partie de l'équipe GEIPAN, ses enquêteurs bénévoles, ses experts, des représentants d'associations ufologiques, des chercheurs dans les domaines liés à l'étude des PANs et 13 pays représentés, cette réunion avait une aura particulière. Elle faisait suite au CAIPAN I organisé en 2014 à Paris. Il ne fallait pas manquer ce second rendez-vous !

Vincent Costes, l'actuel Directeur du GEIPAN peut être satisfait : ce fut une réussite totale sur le plan logistique, confort, ambiance. J'en profite d'ailleurs pour remercier toute l’équipe GEIPAN et associés qui ont préparé cet évènement. Pendant ces journées intenses, le rythme des pauses était équilibré et l’idée de se restaurer sur place en pouvant passer d’une table à l’autre, très pratique ; cela permettait un gain de temps certain pour échanger. Le concept du "tout-à-l’hôtel" est à retenir ! Le nombre de participants était bien pesé, tout était fluide.

Pendant deux jours, 23 exposés se sont succédés, au rythme de vingt minutes pour chacun, excepté pour Jacques Vallée qui bénéficia d'un temps plus long pour présenter le cas TRINITY. Un crash d'OVNI peu connu car non médiatisé, découvert récemment alors qu'il date de 1945.

Daniel Evans, le Directeur du nouveau groupe de recherche UAP de la NASA est intervenu à distance.
Il a présenté les domaines de compétences de l'équipe désignée : 

DanEvans1
Daniel Evans : aucun membre de la NASA, l'équipe est indépendante.


Les principaux intervenants :

J. Vallée (USA/FR) H. Kayal (All.), R. Lianza (Arg.), JM André, Ted Roe (NARCAP USA), D. Evans (NASA), P. Ailleris (Pays-Bas), JM Wattecamps (B), E. Russo (Italie), JP. Rospars, A. Kjøniksen & B. Gitle Hauge (Norvège) H. Lansley, L. Dini, F. Louange, A. Cousyn, M. Vaillant, plusieurs enquêteurs, experts et Directeurs du GEIPAN.

La liste complète des intervenants et le programme du CAIPAN II est disponible sur le communiqué du GEIPAN. Les contenus devraient être visibles sous peu au même endroit. Il va falloir patienter sans divulgâcher... Chacun pourra se faire son idée sans filtre.

LES POSTERS :

Pendant les 2 jours, la salle de réunion était agrémentée de plusieurs dizaines de posters résumant divers travaux, enquêtes, bilans, statistiques. La présence de ces posters fut un complément non négligeable et fort utile pour élargir les sujets en off entre invités et participants.

Quelques exemples :

panneaux

panneaux2

panneaux3

panneaux4
Ce n'est qu'un aperçu, il y avait une grande variété de sujets...


BILAN DU CAIPAN II

Il est encore trop tôt pour tirer un bilan de ce colloque mais il semble utile de lister les pistes de progrès retenues pour améliorer les enquêtes. On peut en effet espérer que le futur CAIPAN3 puisse présenter les résultats de plusieurs des pistes annoncées à ce CAIPAN2, avec la démonstration de leur efficacité.

La liste n'est pas exhaustive mais les sujets suivants ont été évoqués :

  • la réalité augmentée (utilisation d'un casque permettant la reconstitution de l'observation dans l'environnement réel pendant l'enquête)
  • l’utilisation d’images satellites (partenariat pour consulter les images archivées d'un lieu d'observation à l'heure indiquée)
  • les radars météo (utiliser le réseau existant et paramétrer les filtres pour ouvrir le spectre de recherche)
  • une adaptation de l’entretien cognitif (une adaptation au sujet PAN, une version numérique)
  • l’amélioration de l’exploitation des données (caractérisation et partage de données essentiellement)
  • de nouveaux outils de vérification et renforcement des partenariats existants avec la Gendarmerie, les Armées, la Police, la Météo
  • le « machine learning »  (IA) pour prédire la classification de cas ?
  • un filtrage des cas les moins étranges (gain de temps à consacrer aux plus complexes)
  • la fiabilité d'un témoin unique (entendu : "testis unus, testis nullus")
  • des publications pédagogiques (transparence des résultats, communications, méprises du ciel)
  • les outils de vérification d'images et films (logiciel IPACO, traitement d'images, bases de données, etc.)
  • une harmonisation des procédures d’enquêtes vers un modèle international commun ? Un guide ?
  • la NASA va-t-elle apporter des moyens originaux d’investigation dans les 9 mois à venir ? 

Lesquelles de ces pistes seront développées pour améliorer les enquêtes ? 

Comme on le voit, ce colloque invitait non seulement à la réflexion mais aussi à l'action !
Encore bravo et merci à Vincent et toute l’équipe.

Le communiqué de presse du CNES-GEIPAN :
https://www.cnes-geipan.fr/fr/node/59744

Communiqué de la NASA :
https://www.nasa.gov/feature/nasa-announces-unidentified-aerial-phenomena-study-team-members/

Les exposés, résumés, présentations seront bientôt disponibles sur le site du GEIPAN :
https://www.cnes-geipan.fr/fr/node/59754

Le blog UFO L'SAVOIR écrit un petit mot au passage :
https://navigateur88.wixsite.com/website/post/caipan-ii-un-petit-mot-au-passage

31 décembre 2021

OVNI66 filtre volontairement les témoignages OVNI/PAN

meprises-ovni66

(mise à jour du 31 décembre 2021)
Nous n'enquêtons plus pour les observations suivantes :

- hors du département des Pyrénées-Orientales (66)
- flash dans le ciel ou éclairs, foudre (sans autre évènement)
- sillage, traînée de condensation, nuage, fumée (sans autre évènement)
- sphère ou point lumineux blanc, en altitude avec ou sans sillage
- lumière (ou sphère lumineuse) avec trajet rectiligne et vitesse constante
- lumière pas plus grosse qu'une étoile, statique dans le ciel
- objet, sphère ou lumière évoluant de manière erratique au gré du vent (seul ou en grappe)
- lumière ou objet dont la taille apparente est inférieure à 3 mm (bras tendu)
- lumière lointaine estimée à + de 1000 m du témoin
- durée de l'observation inférieure à 6 secondes et sans effet connexe
- photo "surprise" (intrus dans une photo, sans témoin oculaire)
- vidéo sans témoin oculaire (intrus remarqué a posteriori) ni effet connexe
- détonations, odeurs ou bruits non identifiés (sans autre évènement)

Ainsi que :
- celles des nuits du 1er avril, du 21 au 24 juin, 13-14 juillet et 31 décembre
- celles dont la date est approximative
- les témoignages de seconde main (non directs)
- l'impossibilité de contacter le témoin principal
- les témoignages anonymes
  (OVNI66 s'engage à respecter l'anonymat mais doit pouvoir contacter le témoin)

Ce filtrage permet d'éliminer les témoignages peu consistants et de trop nombreuses méprises.

Si votre témoignage concerne l'une des conditions précitées, nous ne donnerons pas suite à votre rapport sauf si le cas présente un intérêt pédagogique ou démonstratif.

Pour tout autre phénomène non identifié, envoyez votre rapport par mail

20 octobre 2021

19/10/2021 - Une boule de feu survole silencieusement Canohès


Vidéo fournie par le témoin

Mardi 19 octobre 2021, Olivier sort dans son jardin pour fumer une cigarette quand il aperçoit dans le ciel une sorte de "boule de feu" silencieuse. Il appelle son épouse et son fils de 12 ans qui le rejoignent immédiatement. Ensemble ils observent et filment le phénomène qui survole tranquillement leur quartier pendant environ 1 minute. La sphère lumineuse semble incandescente, sans fluctuation ni clignotement, d'un orange vif qui les impressionne. Rapidement, Olivier élimine le survol d'un avion ou d'un hélicoptère. Le phénomène semble évoluer à basse altitude, sans bruit, de manière fluide. Aucun vent n'est ressenti au sol.

Les témoins sont perplexes, ils décident de nous contacter le soir même pour nous demander notre avis. Nous avons discuté une trentaine de minutes au téléphone. L'émotion était perceptible mais les témoins ont réussi à précisément décrire le phénomène et le contexte. La qualité de leur témoignage m'a permis d'émettre une première hypothèse avant même de visualiser le film qu'il me restait à télécharger.

Quelques minutes plus tard après le téléchargement, l'examen attentif de la vidéo montre qu'en fin de parcours, la sphère semble perdre de l'altitude alors que sa luminosité décroît jusqu'à s'éteindre ou disparaître. Cet indice ainsi que le comportement, le parcours, la dimension apparente et l'extinction finale finissent de me convaincre qu'il s'agit probablement d'une lanterne isolée, lâchée quelques minutes plus tôt. Allons bon, encore une histoire de lanternes !

Quand on pense avoir trouvé l'hypothèse la plus probable, il est toujours difficile de l'annoncer aux témoins car on ne sait pas s'ils vont l'accepter. Au cours de mon entretien avec l'épouse, je lui avais demandé si elle avait déjà participé à un lâcher de lanternes. C'était le cas mais quand on lâche une lanterne, on la voit de dessous, de tout près. On sait ce que c'est. On reconnait sa forme caractéristique de montgolfière. Ce soir ce n'était pas pareil, la lumière semblait sphérique, volait horizontalement, sans musique ni éclats de joie comme cela peut se passer pendant une fête. Elle n'avait jamais observé une lanterne éloignée, isolée dans le silence de la nuit. C'était différent.

Spontanément le couple décide de faire sa propre enquête. Je leur suggère de vérifier si un évènement sportif ou festif s'est déroulé dans le quartier, de parcourir les réseaux sociaux car on sait que les lâchers de lanternes sont toujours filmés et partagés.

Le lendemain, bingo !
Olivier me rappelle et m'envoie fièrement un extrait de film trouvé par son fils qui montre un lâcher de lanterne effectué ce 19 octobre 2021, quelques dizaines de minutes avant leur observation. Le lâcher a été réalisé à l'occasion d'une fête dans le quartier St Jacques de Perpignan organisée par un "influenceur" paraît-il très connu des réseaux sociaux... La lanterne aura parcouru environ 7 km avant de finir sa course à Canohès.

Affaire résolue grâce à l'enquête participative de la famille.
Bravo et merci pour le partage !

10 juin 2018

L'OVNI de 1973 en Cerdagne, un vieux cas qui donne du fil à retordre !

Mise à jour du 14/06/2018 :
le ballon stratosphérique à l'origine du témoignage OVNI identifié !


Dessin_T1-light
Un OVNI dans le ciel, le matin du 6 octobre 1973, observé depuis Bourg-Madame

On se souvient de ce cas retrouvé dans un vieux catalogue de l'association ufologique VERONICA par Patrice et diffusé récemment sur ce blog. Le récit est ancien (06/10/1973), les témoins introuvables. À l'époque, l'observateur principal décrivait un phénomène statique dans le ciel en direction du Nord-Est, depuis Bourg-Madame.

Le croquis qui illustre le rapport dramatise quelque peu le contexte. On sait maintenant qu'il n'a pas été dessiné par le témoin lui-même. C'est l'infographiste du VERONICA qui a interprété les commentaires du témoin. Le style "naïf" du coup de crayon augmente le niveau d'étrangeté perçu par les lecteurs du rapport.

Extrait du rapport VERONICA :
"M. L. distingue la carlingue d'un appareil grisâtre de la grosseur de la "lune vieille", muni à sa base de hublots comme un train de nuit. La base extrême de l'appareil s'illumine de couleurs mélangées, un peu comme l'arc en ciel, avec des dominantes violets et orange. Puis des sortes de résidus enflammés tombent lentement de l'OVNI à la verticale. L'engin disparait subitement,  bien que le champ visuel de M. L. avec ses jumelles soit large de plus de 10 km, une ou deux secondes à peine après l’extinction des deux phares. Quant aux résidus, 3 seulement descendirent au sol, le 4e resta en l'air".

Consulter les journaux de l'époque :
Le rapport ne mentionne ni le nom des témoins ni ses sources et malgré notre appel à témoins en février 2018, personne ne s'est manifesté pour apporter des éléments complémentaires. Profitant d'un jour de congé, je décide d'aller passer l'après-midi aux Archives Départementales de Perpignan pour consulter le quotidien régional de l'époque. Pour commencer, il fallait vérifier s'il existe une trace publique de ce témoignage OVNI ou de tout autre évènement aérien inhabituel survenu ce jour-là dans le sud de la France.

On a retrouvé un article de l'époque, paru le lendemain dans l'Indépendant le 7 octobre 1973 :

07-10-1973-LINDEPENDANT-600

Le récit de l'Indépendant est beaucoup moins sensationnel que le rapport VERONICA :
"Un gros point fixe extrêmement lumineux est apparu au-dessus des cimes. L'examinant à la jumelle, alors que le soleil se levait, l'observateur a pu distinguer une silhouette de forme semi-sphérique, parfaitement immobile, présentant deux points lumineux très intenses. Brusquement à 07h02, l'objet a semblé manoeuvrer en zig-zag à la verticale et se désagréger*, libérant trois éléments lumineux de faible puissance qui sont descendus vers le sol. Il n'est alors demeuré dans le ciel, à l'endroit initial, qu'un seul point lumineux de faible intensité."

On remarquera la dernière phrase de l'article : "On se pose la question de savoir si c'était une soucoupe volante ou un ballon sonde". L'auteur proposait déjà une alternative à la soucoupe volante. En effet, la description est compatible avec la présence d'un ballon sonde en haute altitude, assez haut pour être observé par des témoins au sol éloignés.

 Il existe de nombreux type de ballons de dimensions différentes selon l'altitude à atteindre et le poids du matériel scientifique à emporter.

aerostats-atmosphere-600
© Red Bull Stratos, Roswell, 25/07/2012

BallonPhoto-600
© CNES/IMBERT Christian, 2010 - Ballon stratosphérique ouvert (BSO)

gamme_des_ballons
© CNES : les différents types de ballons

Y avait-il un ballon ce jour-là, dans l'axe indiqué ?
Revenons aux Archives Départementales consulter les journaux du mois d'octobre 1973, riches en évènements politiques, aéronautiques et spatiaux. Nixon était en plein scandale du Watergate, en phase de destitution, Jean d'Ormesson entrait à l'Académie Française parmi les immortels, les scientifiques russes avançaient l'hypothèse de "signaux extraterrestres" pour expliquer de mystérieuses émissions radio venues des étoiles (on saura plus tard qu'il s'agissait de pulsars). Le CNES présentait de nouveaux ballons captifs géants destinés à la Guyane. La rubrique "les coulisses de l'étrange" a retenu toute notre attention :

Article paru le 8 octobre 1973
08-10-1973-LINDEPENDANT-coulisses2-600
Cette rubrique de l'insolite ne précise ni la date exacte, ni l'heure de l'accident aérien

Reprenons le texte encadré :
"Un ballon stratosphérique lancé par le Centre National d’Etudes Spatiales d’Aire-sur-Adour a éclaté à 42000 mètres d’altitude et s’est écrasé dans la vallée du Rhône. La plus grosse partie, environ une tonne de matière plastique est tombée dans un champ de Chabeuil (Drôme). D’autres éléments du ballon sont tombés près d’Alès (Gard) et Pisançon (Hautes Alpes). Les appareils de mesure, d’un poids total de 180 kilos, se sont écrasés à proximité de Bourg-de-Péage (Drôme)." Cet article du 8 octobre 1973 ne précise, malheureusement, ni la date ni l'heure de l'accident aérien.

Malgré la précision des articles diffusés les 7 et 8 octobre 1973 dans le même quotidien, le journal n'a pas fait le lien entre les deux évènements qui se sont pourtant produits, probablement, le même jour. Pour s'en assurer, il faut maintenant identifier ce ballon et comparer les dates et heures.

L'article mentionne le centre de lancement du CNES à Aire-sur-l'Adour, ce qui devrait faciliter grandement les recherches. Aire-sur-l’Adour a été le 1er site de lancement de ballons du CNES. Dès les années 1970 et jusqu’en 2007, plusieurs dizaines de ballons stratosphériques (BSO) étaient lâchés chaque année.


le centre d'Aire-sur-l'Adour en septembre 1973

On adore cette vidéo qui présente le centre de lancement tel qu'il était à l'époque, avec des explications sur la manière dont les ballons sont préparés, lâchés, suivis et récupérés. Ce court reportage de 10 minutes est vraiment opportun ! À 8'14" apparaît le tableau du planning des vols ; à 8'50'', il est expliqué pourquoi les ballons au sol ont une forme très allongée : seulement 1/300e du volume est gonflé. En effet le ballon prendra sa forme définitive (en goutte d'eau) en prenant de l'altitude sous l'effet de la dilatation des gaz (hélium ou hydrogène selon le cas). Il va s'arrondir au fur et à mesure de son ascension.

Comprendre et interpréter le témoignage :

Le témoin décrit "des sortes de résidus enflammés tombent lentement de l'OVNI à la verticale". Quand on lit cette phrase, on peut l'accepter au premier degré ou essayer de comprendre ce qui peut provoquer une telle perception. Avec l'hypothèse d'un ballon stratosphérique à 40 km d'altitude, il faut tenir compte de l'heure : c'est l'aube. Le soleil est déjà levé pour le ballon (l'objet est situé au NE du témoin, en haute altitude). Le témoin au sol est encore dans une légère pénombre, le matériel qui chute est illuminé par le soleil levant, donnant aux différents équipements lestés, un aspect "rougeâtre" et "enflammé". Il faut aussi tenir compte de la peinture orange des petites nacelles et boîtes qui permet de les retrouver plus facilement après leur chute.

L'hypothèse du ballon stratosphérique, l'heure de l'observation et l'altitude élevée de l'objet permettent d'expliquer les notes qui accompagnent le dessin du rapport VERONICA :

- résidus enflammés (morceaux éclairés par le soleil levant)
- hublots (franges du ballon, plis réguliers de la toile avec une alternance ombre et lumière)
- avancées sur les extrémités (manchons de gonflage ?)
- luminosité rougeâtre (éclairé par le soleil levant)
- chute très lente (plus l'altitude est élevée, plus la chute paraît lente ; des petits parachutes ralentissent la retombée du matériel)

Vérification auprès du CNES (mise à jour du 14 juin 2018) :
Grâce à la tenacité de Brigitte, nous savons enfin quels ballons stratosphériques ont été lâchés dans cette période. Voici les informations recueillies directement du centre de lancement d’Aire-sur Adour, plus précises que celles trouvées dans les archives à Toulouse :
 
- 04 octobre 1973 (vol 64) : lancement Aire-sur-Adour 7h17 HL, lieu de chute du ballon (éclatement ballon) Montvendre (26) sur une ligne téléphonique en bordure du chemin vicinal n°9 reliant Barcelonne (26) à Montvendre (PV de la gendarmerie de Chabeuil (26) ; ce lâcher est probablement celui dont par l'article dans la rubrique "Les coulisses de l'étrange" de l'Indépendant.
 
- 05 octobre 1973 (vol 65) : lancement Aire-sur-Adour 2h18 HL, lieu de chute du « bifilaire » (le cordon qui relie le ballon à la nacelle) sur une ligne électrique 15kw à St Privat des Vieux (30) ;
 
- 06 octobre 1973 (vol 66) : lancement Aire-sur-Adour 1h09 HL,  retombée de la charge utile à 6 Km de Bédarieux.

1973-10-06-BEDARIEUX
C'est ce dernier lâcher, le vol 66 (ça ne s'invente pas) qui nous intéresse : il est parti le 6 octobre 1973 à 1h09 heure locale. Sachant que le temps de vol dure maximum 6 heures, on tombe dans la fourchette horaire de l'observation de l'OVNI, entre 6h40 et 7h02, ce qui correspond à l'heure de l'éclatement du ballon et de la chute de ses instruments à Bédarieux au NE du témoin, à 100 km de distance, dans la direction indiquée.

L'affaire est classée.

Pour en savoir plus sur les ballons stratosphériques :
- les phases de vol d'un ballon BSO
- enveloppe et nacelle d'un BSO
- les différents types de ballons
- Ballons : des véhicules gonflés !
- Ballons stratosphériques ouverts (BSO)

 

16 avril 2022

22/04/2022 - LE TEMPS DES OVNIS, un documentaire de Georges COMBE à Canet (66)

22/04/2022 - LE TEMPS DES OVNIS, un documentaire de Georges COMBE à Canet (66)
Vendredi 22 avril 2022 à 20h30, Vincent PUJOL présentera le dernier film de Georges COMBE consacré aux OVNIS. D'une durée d'1h53 mn, il sera suivi d'un débat, au cinéma Clap à Canet (66). « Les ovnis sont un miroir venu d’ailleurs, qui nous montre les...
17 novembre 2021

17/11/2021 - un superbe bolide ou débris de satellite observé dans le ciel du Canigou

17/11/2021 - un superbe bolide ou débris de satellite observé dans le ciel du Canigou
illustration proche de la description Ce soir mercredi 17 novembre 2021, un superbe bolide a été observé par Thomas depuis l'A9 en direction du Canigou aux alentours de 18h12 pendant le soleil couchant. Une boule de feu "énorme" assez haut dans le ciel,...
14 novembre 2021

14/11/2021 - Débriefing sur le canular OVNI monté par Rémi Gaillard

14/11/2021 - Débriefing sur le canular OVNI monté par Rémi Gaillard
Le 10 novembre 2021, le média Météo Gard-Hérault a diffusé une vidéo dans laquelle on peut voir une lumière orange évoluer à basse altitude. La lumière de forme allongée virevolte sur elle-même avant de s'éloigner ou de tomber à la verticale. Le premier...
27 septembre 2021

07/10/2021 - Conférence de Nelson MONFORT au Soler : OVNIS, sommes-nous seuls ?

07/10/2021 - Conférence de Nelson MONFORT au Soler : OVNIS, sommes-nous seuls ?
Journaliste sportif français, Nelson MONFORT s’est fait connaître pour ses interviews multilingues. Il fait ses études à la prestigieuse école de Sciences Po Paris. Alors qu’il ne se plaît pas dans l’univers bancaire il décide de se lancer dans le journalisme....
27 juin 2021

25/06/2021 - Rapport préliminaire du renseignement américain sur les PANs

25/06/2021 - Rapport préliminaire du renseignement américain sur les PANs
BUREAU DU DIRECTEUR DU RENSEIGNEMENT NATIONAL Évaluation préliminaire : Phénomènes aériens non identifiés 25 juin 2021 CHAMP D'APPLICATION ET HYPOTHÈSES Champ d'application Ce rapport préliminaire est fourni par le Bureau du Directeur du Renseignement...
9 mai 2021

L'observation du 21 janvier 2010 était probablement un exercice militaire

Le 21 janvier 2010 entre 18h20 et 19h15, de nombreux témoins disposés en plusieurs endroits des Pyrénées-Orientales, de l'Aude et de l'Hérault affirmaient avoir observé des lumières oranges disposées horizontalement dans le ciel en direction de la mer....
18 août 2020

29/07/2020 - Lumière étrange à Tautavel

29/07/2020 - Lumière étrange à Tautavel
Recomposition du déplacement du PAN extrait de la vidéo fournie par le témoin Le 7 août 2020, un témoin nous contacte par le biais du formulaire en ligne pour nous faire part de lumières insolites visibles depuis Tautavel pendant 4 minutes fin Juillet....
6 août 2020

02/08/2020 - Villeneuve-de-la-Raho : lumière rouge avec fumée noire

02/08/2020 - Villeneuve-de-la-Raho : lumière rouge avec fumée noire
Nous avons reçu ce rapport issu du formulaire en ligne, reproduit tel quel : DATE : 02/08/ 2020 HEURE : 21h31 NBRE-TEMOINS : 3 PRECISIONS-TEMOINS : ma fille, un ami et moi LIEU : À Villeneuve-de-la-Raho, à côté du Casino DIRECTION-OVNI : Nord-est ANGLE...
6 août 2020

03/11/2016 - Corneilla-de-Conflent : PAN au-dessus du Canigou (suite)

03/11/2016 - Corneilla-de-Conflent : PAN au-dessus du Canigou (suite)
Illustration validée par le témoin en 2016 Suite à l'article paru en 2016, Eric Maillot nous a contacté pour nous faire part de ses cogitations concernant ce cas intéressant. M. Maillot est un habitué des enquêtes OVNI / PAN. Sa grande expérience et son...
1 septembre 2019

19/09/1981 - Bourg-Madame : OVNI rouge

19/09/1981 - Bourg-Madame : OVNI rouge
Les 19 septembre, 3 et 27 octobre 1981 des témoins aperçoivent dans la même zone frontalière franco-espagnole, un objet lumineux qui se déplace dans le ciel entre 23h et 3 h du matin. La direction de cet objet pour les trois observations est Nord-Sud...
31 août 2019

23/06/2008 : un ballon festif avait intrigué deux témoins dans le ciel de Perpignan

23/06/2008 : un ballon festif avait intrigué deux témoins dans le ciel de Perpignan
Au mois d'Août 2019, le GEIPAN a publié le rapport suivant sur son site : PERPIGNAN (66) 23.06.2008Observé le : 23-06-2008Région : Languedoc RoussillonDépartement : Pyrénées-OrientalesClasse : A Résumé : PERPIGNAN (66) 23.06.2008. Observations d'un objet...
6 mars 2019

06/03/2019 Un superbe bolide vert avec traînée persistante se désintègre dans le ciel

06/03/2019 Un superbe bolide vert avec traînée persistante se désintègre dans le ciel
L'illustration est assez proche de la réalité. Il était 21h59 quand un superbe bolide vert a déchiré le ciel des Pyrénées-Orientales ce mercredi 6 mars 2019. Observé depuis Perpignan en direction de l'Ouest, il s'est désintégré dans une trajectoire presque...
2 février 2019

Passages remarquables de l'ISS dans le 66 du 2 au 8 février 2019

Passages remarquables de l'ISS dans le 66 du 2 au 8 février 2019
Observez les passages visibles à l'oeil nu de la Station Spatiale Internationale dans le ciel des Pyrénées-Orientales ! Il suffit d'être à l'heure, regarder dans la bonne direction et espérer que le ciel soit clair. L'ISS se présente comme une grosse...
7 janvier 2019

25/10/2018 - Un OVNI blanc observé et photographié intrigue un témoin

25/10/2018 - Un OVNI blanc observé et photographié intrigue un témoin
Fin décembre 2018, un témoin renseigne le formulaire en ligne pour nous signaler une observation insolite : DATE : 25/10/2018 HEURE : 11:00 LIEU : Route de Prades, sortie de Perpignan D 916 vers Loc + Parc Ducup DIRECTION : De l'est vers l'ouest, axe...
27 décembre 2018

22/12/2018 - entre Trouillas et le Mas Sabole, superbe bolide vert !

22/12/2018 - entre Trouillas et le Mas Sabole, superbe bolide vert !
Illustration Le samedi 22 décembre 2018, 4 témoins nous ont signalé l'observation d'un superbe météore autour de 22h30 alors qu'ils roulaient entre le Mas Sabole et Trouillas, en direction du Nord se dirigeant vers le Sud : "un tube vert fluo se terminant...
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>
OVNI 66 - Pyrénées-Orientales
Visiteurs
Depuis la création 801 946
Articles récents