ovni66-opoul-2013-07-06

Samedi 6 juillet 2013, alors que dans toute l'Europe environ 600 personnes surveillaient le ciel dans l'espoir de traquer un phénomène insolite en participant à l'opération Suricate, ovni66 s'est réuni en toute simplicité au château d'Opoul-Périllos. Après un pique-nique convivial (observatrices, observateurs, famille et amis), nous avons admiré la voûte céleste jusqu'à 4h du matin. Il y avait de nombreux évènements cette nuit-là : étoiles filantes, flash d'Iridium, passages de satellites et aéronefs divers. Enfin, le clou de la nuit fut la désintégration d'un superbe bolide avec traînée lumineuse verte persistante, sur fond de ruines de château -  un spectacle magnifique !

Nous avons profité de cette réunion pour parler des affaires courantes et en particulier des rencontres du troisième type relatées dans les années 50 à 70.  Ces rencontres avec des êtres humanoïdes que les témoins rapportaient pendant "les années tôle et boulons" sont nombreuses et crédibles. Elle restent inexpliquées. Il semble que ce type de contact n'existe plus de nos jours. Que s'était-il donc passé pendant ces années folles ?

Les petits gris dans les Pyrénées-Orientales

Nous disposons de plusieurs histoires de "petits gris" dans nos archives (êtres humanoïdes de petite taille avec la peau grise, parfois accompagnés d'êtres de grande dimension, avec engin en phase de décollage ou/et d'atterrissage). Certaines ont été publiées, d'autres pas. Nous avons discuté de celles les moins connues. Des êtres gris qui se promènent dans la forêt des Albères et qui terrifient les chasseurs de champignons en automne, d'autres qui enlèvent les gens dans les Corbières (justement dans le périmètre du Château d'Opoul) et ceux qui provoquent "des pluies de pierres" quand on essaie de les capturer... Plus récemment, une famille britannique harcelée par des petits-gris en Angleterre et jusque dans notre département, après leur déménagement... Les personnes qui ont vécu ces moments sont marquées à vie au point de ne plus vouloir en parler publiquement. C'est dommage, ces cas très intéressants sont bien loin des lanternes à la sauce thaïlandaise et mériteraient une plus grande attention.

Un jour peut-être, nous publierons un dossier qui rassemblera ces cas inédits de RR3 dans les Pyrénées-Orientales.