AFFAIRES RESOLUES, CAS EXPLIQUES, HYPOTHESES PROBABLES

Le soleil, le Canigou et l'OVNI dans les photos...

Le 13 juin 2018, Monsieur AD contacte OVNI66 et lui fait parvenir une série de 13 photos (5 sans zoom et 8 avec zoom) dans lesquelles apparaissent un intrus non identifié. Intrigués par la forme particulière de la lumière que l'on retrouve sur toutes les photos en différents endroits du ciel, nous décidons d'y regarder de plus près. Après quelques échanges de mails, le témoin confirme qu'il n'a observé ce phénomène qu'à travers l'écran de son Iphone.

IMG_0289-AD-900Soleil couchant le 24 décembre 2017 à 16h58:36 - Cliquez pour agrandir - Photo AD

IMG_0290-AD-600
Soleil couchant le 24 décembre 2017 à 16h58:37 - Photo AD

IMG_0291-AD-600
Soleil couchant le 24 décembre 2017 à 16h58:40 - Photo AD

Les circonstances de prises de vue :
"J'ai aperçu qqchose à l'œil nu depuis mon balcon qui se déplaçait super vite dans le ciel et après j'ai canardé avec mon iPhone que j'avais avec moi en prenant large. Puis j'ai zoomé quand je l'ai aperçu plus précisément devant le Canigou. Donc oui bien sûr en prenant les photos j'étais derrière l'écran de l'iPhone." Au départ le témoin voit quelque chose qu'il n'identifie pas (un aéronef ou un ovni) et tente de le prendre en photo mais il focalise toute son attention à travers l'écran de son Iphone sur ce truc lumineux en forme de croissant qu'il poursuit avec difficulté.

parcours-9008 secondes séparent la position 1 de la position 5. Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Les 5 premières photos superposées grossièrement montrent le parcours apparent de l'OVNI dans le ciel en 8 secondes. Quand on regarde attentivement la série, on s'aperçoit que le phénomène reste visible en différents points du ciel en gardant toujours exactement sa forme et sa dimension au pixel près. S'il s'était agit d'un aéronef ou même d'une soucoupe volante, la forme et la taille auraient dû varier d'une image à l'autre. Ce n'est pas le cas. La chose garde toujours la même apparence.

comparaison
Comparaison de l'intrus dans les 5 premières photos

C'est un reflet dans l'objectif

Il est évident que cette lumière, toujours la même dans la série d'images, n'est pas dans le ciel. On appelle ça un "lens flare". Ici, ce qui fait son étrangeté, c'est sa forme en croissant ou demi-lune. Comment est-ce possible ? D'habitude les flares sont plutôt sphériques car c'est un simple reflet de lumière parasite dans l'objectif. Cette anomalie est connue des photographes amateurs et professionnels. Elle est d'ailleurs facile à reproduire avec les téléphones à cause de leur mini objectif (l'Iphone X produit de nombreux flares parait-il...). Ces reflets dans l'objectif prennent différentes couleurs en fonction du contexte lumineux (bleu, vert, jaune, blanc, etc.) et de l'importance du contre-jour.

Le lens flare en forme de croissant apparait surtout pendant les éclipses

On sait que le 24 décembre 2017, aucune éclipse n'était prévue. Le soleil se couchait à 235° et à l'heure de l'observation, il n'était qu'à quelques degrés au-dessus de l'horizon. C'est là qu'entre en jeu le Canigou. C'est le Canigou qui éclipse le soleil car l'astre est en train de se coucher. Et oui, c'est le point commun entre toutes les photos : le soleil n'est jamais entier, malgré les apparences. Il est en train de se coucher derrière le massif montagneux. C'est lui le fautif ! Le flare est le reflet fidèle du morceau de soleil encore visible (inversé en miroir). Ce qui est trompeur c'est l'aspect rond du soleil qui semble se trouver devant le Canigou. Nous savons tous que c'est impossible.

soleil-devant-le-Canigou

La présence des rayons solaires verticaux (que l'on ne voit jamais à l'oeil nu) et l'illusion d'un soleil rond devant le massif, prouvent que les images, saturées par la luminosité, ne montrent pas la réalité de la scène.

Reconstitution réaliste de la scène (enfin presque : le soleil devrait être plus petit)
En supprimant le gros rayon vertical et la partie du soleil en trop devant le Canigou, on comprend mieux l'anomalie.

reconstitution

Dommage on ne saura jamais ce qui a intrigué le témoin avant de prendre cette série de photos mais on peut remercier AD pour ce partage.

Exemples de "lens flares" pendant une éclipse :
http://uk.businessinsider.com/solar-eclipse-photos-blue-crescents-lens-flare-2017-8

Posté par blogovni66 à 21:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,


L'OVNI de 1973 en Cerdagne, un vieux cas qui donne du fil à retordre !

Mise à jour du 14/06/2018 :
le ballon stratosphérique à l'origine du témoignage OVNI identifié !


Dessin_T1-light
Un OVNI dans le ciel, le matin du 6 octobre 1973, observé depuis Bourg-Madame

On se souvient de ce cas retrouvé dans un vieux catalogue de l'association ufologique VERONICA par Patrice et diffusé récemment sur ce blog. Le récit est ancien (06/10/1973), les témoins introuvables. À l'époque, l'observateur principal décrivait un phénomène statique dans le ciel en direction du Nord-Est, depuis Bourg-Madame.

Le croquis qui illustre le rapport dramatise quelque peu le contexte. On sait maintenant qu'il n'a pas été dessiné par le témoin lui-même. C'est l'infographiste du VERONICA qui a interprété les commentaires du témoin. Le style "naïf" du coup de crayon augmente le niveau d'étrangeté perçu par les lecteurs du rapport.

Extrait du rapport VERONICA :
"M. L. distingue la carlingue d'un appareil grisâtre de la grosseur de la "lune vieille", muni à sa base de hublots comme un train de nuit. La base extrême de l'appareil s'illumine de couleurs mélangées, un peu comme l'arc en ciel, avec des dominantes violets et orange. Puis des sortes de résidus enflammés tombent lentement de l'OVNI à la verticale. L'engin disparait subitement,  bien que le champ visuel de M. L. avec ses jumelles soit large de plus de 10 km, une ou deux secondes à peine après l’extinction des deux phares. Quant aux résidus, 3 seulement descendirent au sol, le 4e resta en l'air".

Consulter les journaux de l'époque :
Le rapport ne mentionne ni le nom des témoins ni ses sources et malgré notre appel à témoins en février 2018, personne ne s'est manifesté pour apporter des éléments complémentaires. Profitant d'un jour de congé, je décide d'aller passer l'après-midi aux Archives Départementales de Perpignan pour consulter le quotidien régional de l'époque. Pour commencer, il fallait vérifier s'il existe une trace publique de ce témoignage OVNI ou de tout autre évènement aérien inhabituel survenu ce jour-là dans le sud de la France.

On a retrouvé un article de l'époque, paru le lendemain dans l'Indépendant le 7 octobre 1973 :

07-10-1973-LINDEPENDANT-600

Le récit de l'Indépendant est beaucoup moins sensationnel que le rapport VERONICA :
"Un gros point fixe extrêmement lumineux est apparu au-dessus des cimes. L'examinant à la jumelle, alors que le soleil se levait, l'observateur a pu distinguer une silhouette de forme semi-sphérique, parfaitement immobile, présentant deux points lumineux très intenses. Brusquement à 07h02, l'objet a semblé manoeuvrer en zig-zag à la verticale et se désagréger*, libérant trois éléments lumineux de faible puissance qui sont descendus vers le sol. Il n'est alors demeuré dans le ciel, à l'endroit initial, qu'un seul point lumineux de faible intensité."

On remarquera la dernière phrase de l'article : "On se pose la question de savoir si c'était une soucoupe volante ou un ballon sonde". L'auteur proposait déjà une alternative à la soucoupe volante. En effet, la description est compatible avec la présence d'un ballon sonde en haute altitude, assez haut pour être observé par des témoins au sol éloignés.

 Il existe de nombreux type de ballons de dimensions différentes selon l'altitude à atteindre et le poids du matériel scientifique à emporter.

aerostats-atmosphere-600
© Red Bull Stratos, Roswell, 25/07/2012

BallonPhoto-600
© CNES/IMBERT Christian, 2010 - Ballon stratosphérique ouvert (BSO)

gamme_des_ballons
© CNES : les différents types de ballons

Y avait-il un ballon ce jour-là, dans l'axe indiqué ?
Revenons aux Archives Départementales consulter les journaux du mois d'octobre 1973, riches en évènements politiques, aéronautiques et spatiaux. Nixon était en plein scandale du Watergate, en phase de destitution, Jean d'Ormesson entrait à l'Académie Française parmi les immortels, les scientifiques russes avançaient l'hypothèse de "signaux extraterrestres" pour expliquer de mystérieuses émissions radio venues des étoiles (on saura plus tard qu'il s'agissait de pulsars). Le CNES présentait de nouveaux ballons captifs géants destinés à la Guyane. La rubrique "les coulisses de l'étrange" a retenu toute notre attention :

Article paru le 8 octobre 1973
08-10-1973-LINDEPENDANT-coulisses2-600
Cette rubrique de l'insolite ne précise ni la date exacte, ni l'heure de l'accident aérien

Reprenons le texte encadré :
"Un ballon stratosphérique lancé par le Centre National d’Etudes Spatiales d’Aire-sur-Adour a éclaté à 42000 mètres d’altitude et s’est écrasé dans la vallée du Rhône. La plus grosse partie, environ une tonne de matière plastique est tombée dans un champ de Chabeuil (Drôme). D’autres éléments du ballon sont tombés près d’Alès (Gard) et Pisançon (Hautes Alpes). Les appareils de mesure, d’un poids total de 180 kilos, se sont écrasés à proximité de Bourg-de-Péage (Drôme)." Cet article du 8 octobre 1973 ne précise, malheureusement, ni la date ni l'heure de l'accident aérien.

Malgré la précision des articles diffusés les 7 et 8 octobre 1973 dans le même quotidien, le journal n'a pas fait le lien entre les deux évènements qui se sont pourtant produits, probablement, le même jour. Pour s'en assurer, il faut maintenant identifier ce ballon et comparer les dates et heures.

L'article mentionne le centre de lancement du CNES à Aire-sur-l'Adour, ce qui devrait faciliter grandement les recherches. Aire-sur-l’Adour a été le 1er site de lancement de ballons du CNES. Dès les années 1970 et jusqu’en 2007, plusieurs dizaines de ballons stratosphériques (BSO) étaient lâchés chaque année.


le centre d'Aire-sur-l'Adour en septembre 1973

On adore cette vidéo qui présente le centre de lancement tel qu'il était à l'époque, avec des explications sur la manière dont les ballons sont préparés, lâchés, suivis et récupérés. Ce court reportage de 10 minutes est vraiment opportun ! À 8'14" apparaît le tableau du planning des vols ; à 8'50'', il est expliqué pourquoi les ballons au sol ont une forme très allongée : seulement 1/300e du volume est gonflé. En effet le ballon prendra sa forme définitive (en goutte d'eau) en prenant de l'altitude sous l'effet de la dilatation des gaz (hélium ou hydrogène selon le cas). Il va s'arrondir au fur et à mesure de son ascension.

Comprendre et interpréter le témoignage :

Le témoin décrit "des sortes de résidus enflammés tombent lentement de l'OVNI à la verticale". Quand on lit cette phrase, on peut l'accepter au premier degré ou essayer de comprendre ce qui peut provoquer une telle perception. Avec l'hypothèse d'un ballon stratosphérique à 40 km d'altitude, il faut tenir compte de l'heure : c'est l'aube. Le soleil est déjà levé pour le ballon (l'objet est situé au NE du témoin, en haute altitude). Le témoin au sol est encore dans une légère pénombre, le matériel qui chute est illuminé par le soleil levant, donnant aux différents équipements lestés, un aspect "rougeâtre" et "enflammé". Il faut aussi tenir compte de la peinture orange des petites nacelles et boîtes qui permet de les retrouver plus facilement après leur chute.

L'hypothèse du ballon stratosphérique, l'heure de l'observation et l'altitude élevée de l'objet permettent d'expliquer les notes qui accompagnent le dessin du rapport VERONICA :

- résidus enflammés (morceaux éclairés par le soleil levant)
- hublots (franges du ballon, plis réguliers de la toile avec une alternance ombre et lumière)
- avancées sur les extrémités (manchons de gonflage ?)
- luminosité rougeâtre (éclairé par le soleil levant)
- chute très lente (plus l'altitude est élevée, plus la chute paraît lente ; des petits parachutes ralentissent la retombée du matériel)

Vérification auprès du CNES (mise à jour du 14 juin 2018) :
Grâce à la tenacité de Brigitte, nous savons enfin quels ballons stratosphériques ont été lâchés dans cette période. Voici les informations recueillies directement du centre de lancement d’Aire-sur Adour, plus précises que celles trouvées dans les archives à Toulouse :
 
- 04 octobre 1973 (vol 64) : lancement Aire-sur-Adour 7h17 HL, lieu de chute du ballon (éclatement ballon) Montvendre (26) sur une ligne téléphonique en bordure du chemin vicinal n°9 reliant Barcelonne (26) à Montvendre (PV de la gendarmerie de Chabeuil (26) ; ce lâcher est probablement celui dont par l'article dans la rubrique "Les coulisses de l'étrange" de l'Indépendant.
 
- 05 octobre 1973 (vol 65) : lancement Aire-sur-Adour 2h18 HL, lieu de chute du « bifilaire » (le cordon qui relie le ballon à la nacelle) sur une ligne électrique 15kw à St Privat des Vieux (30) ;
 
- 06 octobre 1973 (vol 66) : lancement Aire-sur-Adour 1h09 HL,  retombée de la charge utile à 6 Km de Bédarieux.

1973-10-06-BEDARIEUX
C'est ce dernier lâcher, le vol 66 (ça ne s'invente pas) qui nous intéresse : il est parti le 6 octobre 1973 à 1h09 heure locale. Sachant que le temps de vol dure maximum 6 heures, on tombe dans la fourchette horaire de l'observation de l'OVNI, entre 6h40 et 7h02, ce qui correspond à l'heure de l'éclatement du ballon et de la chute de ses instruments à Bédarieux au NE du témoin, à 100 km de distance, dans la direction indiquée.

L'affaire est classée.

Pour en savoir plus sur les ballons stratosphériques :
- les phases de vol d'un ballon BSO
- enveloppe et nacelle d'un BSO
- les différents types de ballons
- Ballons : des véhicules gonflés !
- Ballons stratosphériques ouverts (BSO)

 

30 juin 2018

26/06/2018 - Céret : un témoin observe un PAN qui disparaît à vitesse fulgurante

Le 27 juin 2018 le témoignage suivant est parvenu à OVNI66 :

"Bonjour, ce petit témoignage pour raconter ce que j’ai vu hier soir le 26/06/2018 aux alentours de minuit.

J’habite [...] 66400 CERET. J’ai deux chiens qui se sont mis à aboyer de manière trop insistante aux alentours de minuit (je n’ai pas regardé l’heure). Je suis donc sorti pour voir ce qu’il se passait. En passant le seuil de ma baie vitrée, les chiens ont arrêté d’aboyer, et sont rentrés se coucher dans leurs niches. C’est alors que j’ai regardé du côté de la rue qui donne sur l’arrière de mon terrain il me suffisait de me pencher en avant pour l’avoir dans mon champ de vision, je pensais peut-être un intrus, mais personne. Et puis tout de suite après, j’ai levé les yeux vers le ciel. Immédiatement j’ai vu une sorte de disque lumineux blanc parcourir le ciel d’Ouest en Est, dans une accélération foudroyante et disparaître dans la fraction de seconde. Altitude moyenne, mais difficile à estimer en pleine nuit ainsi que la grosseur de l’objet. Ce qui est certain : ce n’est pas une étoile filante et ce n’est pas un avion. Ultra rapide ça a traversé le ciel en un éclair et en accélérant. Sans aucun bruit. Je suis resté hagard quelques minutes à l'extérieur me demandant vraiment ce que ce pouvait être."

Un second échange de mails a permis d'obtenir les détails qui manquaient au rapport.

"- je pense que c’était entre 23h30/00h00
- beaucoup plus gros qu’une simple étoile
- pas de traînée
- durée totale : 1 seconde, c’était très rapide
- j’ai donc vu la fin du phénomène, un déplacement fulgurant sur un quart de ciel d’Ouest en Est, suivant une ligne de Céret, Le Boulou vers la mer. Puis disparition il m’a semblé avant d’atteindre les plages environ...
- luminosité blanche constante.
- disque / ovale plus lumineux que la lune sans atteindre sa taille. Parcours horizontal avant disparition.
- ça paraissait ne pas être à haute altitude (au même moment je pouvais voir les lumières clignotantes d’un avion de ligne beaucoup plus haut)."

L'hypothèse du flash d'Iridium :

2018-06-26-2338-Iridium80
Planning des Iridium depuis Céret, source Heavens-Above.com


À 23h38 exactement, il y a eu ce qu’on appelle un flash d’Iridium, visible seulement depuis Céret et ses environs dans un cercle de quelques km seulement. Il s’agit de l’illumination soudaine de l’antenne (ou des panneaux solaires) d’un satellite. La luminosité était de magnitude -6.4 ce qui est énorme ! La description du témoin correspond exactement à ce type d’événement visible seulement depuis une surface restreinte au sol. Le satellite Iridium numéro 80 s'est illuminé pendant quelques secondes grâce à un reflet du soleil déjà couché (mais encore levé pour le satellite). Il a flashé dans le ciel de Céret à 23h38. Apparition à 23h33 à l’Ouest (à peine visible), illumination à 23h38 pendant deux secondes et disparition totale vers l’Est. La particularité de ce type d’illumination qu’on appelle « flash d’Iridium » est que le satellite est à peine visible à l’oeil nu, puis il est illuminé par le soleil (il semble énorme) puis il s’assombrit pouvant donner l’illusion d’une disparition fulgurante à grande vitesse (quand il n’est plus éclairé). Absence de traînée, apparition et disparition soudaine, lumière blanche intense, forte luminosité (assez impressionnant). Tout correspond.


Exemples de plusieurs apparitions d'Iridium (voir celui situé à 22 sec.)

Attention, à partir de 2019, le renouvellement complet de tous les satellites Iridium par une nouvelle génération ne permettra plus d'observer ces flashes devenus familiers pour les observateurs éclairés. En effet, les nouveaux modèles ne réfléchiront plus la lumière du soleil aussi intensément.

La perception erronée d'une altitude moyenne

Il est absolument impossible d’évaluer l’altitude d’un objet dans le ciel si on ne le connaît pas. Sans arrière plan, c’est physiquement impossible. En effet, notre cerveau a l’habitude d’évaluer un objet distant en fonction de ce qu’il connaît déjà (un avion, un aéronef, une voiture, une maison) mais il est incapable, au-delà de quelques mètres, de différencier ce qui est devant ou derrière, ce qui est petit ou grand, proche ou lointain. C'est la différence angulaire entre l'oeil gauche et l'oeil droit qui nous permet d'obtenir un effet de relief. C'est l'effet de relief qui nous permet d'évaluer une distance et une grandeur, mais malheureusement, au-delà de quelques mètres, ça ne fonctionne plus. C’est notre expérience qui prend le relais en comparant avec des objets connus. Si l’objet est inconnu et sans arrière plan, il est impossible d’évaluer sa taille, sa distance et donc sa vitesse.

Dernière vérification : l'avion observé au même moment que l'Iridium

2018-06-26-2338-A320
Rétroplanning grâce à FlightRadar24 (heure locale 23h38)

Le témoin précise : "au même moment un avion de ligne traversait le ciel beaucoup plus haut [Nord vers Sud]". On a retrouvé l'avion qui passait au même moment que le satellite avec une trajectoire du Nord vers le Sud à la verticale de Céret à 23h38 exactement. Il s’agissait d’un Airbus A320 Bruxelles -> Barcelone de la compagnie Vueling (VLG8991). Sa taille apparente relativement modeste et son élévation ont fait croire au témoin qu’il était plus haut que le PAN mais en réalité il était bien plus bas (illusion de perception). L'élévation de l'Iridium dans le ciel était relativement basse : 26°. Ce détail explique aussi (en plus de la différence de magnitude) l'impression de "moyenne altitude" du phénomène, alors que l'avion présent au même moment paraissait plus haut. La coïncidence du passage de l'avion de ligne identifié avec le flash d'Iridium confirme l'hypothèse avancée.

Outils utilisés pour cette enquête à distance :

- Google Earth (localisation)
- Heavens-above.com (position des satellites dans le ciel)
- FlightRadar24 (position des avions de ligne dans le ciel)
- Reconstitution par échanges de mails

Remarques entre ufologues :

L'utilisation du terme "disque" pour décrire le satellite, la remarque sur "les aboiements persistants des chiens" et la sensation "d'accélération foudroyante" ajoutées à l'estimation erronée de l'altitude du phénomène lumineux offrent "une étrangeté forte" qui finalement, n'a plus lieu d'être quand on examine les circonstances de l'observation.

Nous remercions le témoin qui a pleinement participé à l'enquête en répondant à chacune de nos questions. Il a donné des directions exactes et une estimation de durée juste. Il nous a fait part de son étonnement face à ce phénomène qu'il ne connaissait pas.

Affaire classée.

Posté par blogovni66 à 21:26 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

21 juin 2018

19/06/2018 : 3 points lumineux intriguent un témoin

Mardi nous avons reçu le rapport suivant :

DATE : 19/06/18
HEURE : ~3h30 [du matin]
NOMBRE DE TEMOINS : 1 [le témoin s'est identifié]
CONTEXTE : Sur une fenêtre
LIEU : Pyrénées-Orientales, [commune précisée]
DIRECTION : Ouest
ANGLE : 70 degrés [au départ]
DESCRIPTION : 2 à 3 points lumineux jaune, allant de haut en bas très lentement, plus brillant que les étoiles dans le ciel, est resté une heure approximativement
DURÉE : 1 heure
DÉROULEMENT : Je l’ai remarqué en levant les yeux, je m’en suis pas inquiété avant de m’apercevoir que cela bougeait, j’ai décidé de le prendre en vidéo puis je suis retourné chez moi, une quarantaine de minutes plus tard le phénomène était toujours là, il a disparu au bout d’une heure à peu près
ANIMAUX : Calme
MÉTÉO : Ciel clair

Avant d'aller plus loin, nous vous invitons à relire encore une fois le rapport en essayant de visualiser la scène décrite par le témoin, avec ses mots. Cet exercice vous permettra d'évaluer votre propre perception d'un témoignage de première main, sans filtre, sans influence extérieure.

Réponse OVNI66 le même jour :

Bonjour,
J’ai lu avec attention votre témoignage. La grande majorité des phénomènes qui durent 1h en descendant vers l’horizon OUEST sont des phénomènes célestes. Cette nuit de 3h à 3h40, 3 astres particulièrement brillants se couchaient à l’horizon OUEST en même temps, dans le même sens, un peu décalés (triangle la pointe en bas). A gauche de l’ouest, c’était ANTARES (un peu jaunâtre), au milieu, JUPITER (la planète la plus brillante du ciel), au dessus de l’Ouest (exactement) ARCTURUS une étoile très brillante. JUPITER s’est couché en premier vers 3h40 et ARCTURUS en dernier vers 4h. La Lune était couchée depuis longtemps, le ciel bien noir, on ne pouvait pas les manquer. La descente à l’horizon (le coucher) est perceptible chaque minute à l’oeil nu. Je pense que vous avez observé le coucher des deux astres les plus brillants à cette heure-là. Si vous doutez de cette explication, je vous invite à réitérer l’expérience cette nuit ou la nuit prochaine si le ciel est clair. Vous retrouverez ces 3 astres. Évidemment chaque jour est un peu différent mais vous devriez les revoir à la même heure les 3 prochaines nuits. Tenez-moi au courant si vous faites l’expérience. Cordialement, PG.

2018-06-19_CIEL_OUEST
L’horizon OUEST tel qu’il était à 3h15 le 19 juin dans la nuit

Réponse du témoin le 19 juin à 23h25 :
"Je regarderai ce soir si ça se reproduit, je vous tiens au courant, un grand merci pour l’explication."

Message du témoin reçu le 20 juin :
"Cela s’est reproduit, vous aviez donc raison."

Quel intérêt de parler de ce cas ?
On peut faire plusieurs constats qui intéresseront les ufologues. Les termes utilisés par le témoin sont corrects mais pour quelqu'un en recherche d'étrangeté, leur interprétation peut préter à confusion. Si on isole le rapport en essayant de visualiser ce qu'a observé le témoin, on garde l'image de 3 points lumineux groupés qui descendent du ciel avec un mouvement perceptible. Il parle des 3 points au singulier comme s'il s'agissait d'un seul phénomène. Cela rend la scène très étrange. Il peut même être assez difficile d'accepter l'hypothèse astronomique sans sourciller. Imaginons que le témoin n'ait pas joué le jeu de vérifier le lendemain si le phénomène se reproduit. Imaginons que le témoignage soit resté anonyme, placé dans un journal ou un bouquin sans autre explication, sans pouvoir vérifier la répétition les nuits suivantes, on obtient un cas très étrange, inexpliqué. Certains interprèteront les 3 points lumineux comme un triangle. Dans le contexte OVNI, une disparition prend une toute autre définition (furtivité, évanouissement, éloignement soudain, etc.). "il a disparu" est pourtant tout à fait correct pour décrire le coucher d'un astre derrière l'horizon (comment le dire autrement ?).

Ce type de témoignage n'est pas rare. La plupart du temps nous n'en faisons pas un article car la démonstration pédagogique pourrait être mal interprétée. Ceux qui nous suivent depuis plusieurs années savent que nous sommes très prudents ; certaines observations étranges restent inexpliquées, d'autres sont résolues. Parfois la solution donnée reste l'hypothèse la plus probante sans que l'on puisse la prouver mais quand nous la proposons, c'est que l'explication avancée est plus crédible que celle attendue ou espérée au risque d'agacer ceux qui veulent absolument "croire" à l'hypothèse extraterrestre (dans le sens "I want to believe").

À aucun moment le témoin ne parle de "triangle", "d'objet" ou "d'OVNI". Il explique ce qu'il a perçu, simplement. Il a cherché à comprendre, il a expérimenté en suivant notre conseil et en vérifiant le ciel le lendemain à la même heure. Il nous a confirmé la répétition du phénomène. L'affaire est résolue.

Comment vérifier le ciel soi-même ?
Pas besoin d'être astronome ! Nous préconisons un logiciel gratuit, simple d'utilisation et fiable : Stellarium. Il existe en version PC ou MAC. Il montre le ciel tel qu'il était, à n'importe quelle date depuis n'importe où, comme un planétarium.

Posté par blogovni66 à 01:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

25 juin 2017

De l'intérêt de connaître les circonstances exactes d'une observation

Un témoin nous a contacté pour  demander conseil à propos de ce qu'il a filmé en février 2017 avec son appareil photo (Canon EOS 7D Mark II). OVNI66 n'enquête pas sur les observation effectuées hors du département des Pyrénées-Orientales mais quand le cas présente un intérêt pédagogique ou démonstratif, nous faisons quelques exceptions.

Dans un premier temps, le témoin nous a directement envoyé le lien de son film sur Youtube (qu'il a supprimé ensuite), avec d'autres liens similaires qui abondent sur internet. Après lecture du film, nous avons précisé que ce type de vidéo ne nous intéresse pas, sauf s'il est appuyé par un témoignage circonstancié avec des détails concernant la localisation, l'azimut, la hauteur, le nombre de témoins, le déroulement de l'observation, etc.

De l'intérêt de connaître les circonstances exactes

Le témoin a donc rempli le formulaire de rapport d'observation d'ovni. On découvre alors qu'à aucun moment, le témoin et sa compagne n'ont observé le phénomène à l'oeil nu, tel qu'il se présente sur la vidéo. En réalité, à l'oeil nu, cela se présentait comme point lumineux scintillant, gros comme une "pointe d'aiguille". C'est en zoomant sur le point lumineux avec son téléobjectif qu'il a pu observer à travers l'appareil ce qu'on nous présente.

En faisant quelques vérifications sur l'heure, la date et la localisation des témoins, il est clairement établi que le phénomène filmé était l'étoile Capella. Le phénomène d'irisation est dû au scintillement de l'étoile zoomée avec un problème de focalisation et les aberrations caractéristiques de ce type de prise de vue.

D'autres exemples trouvés sur internet

etoiles-zoomees

Ci-dessus un florilège d'étoiles et planètes filmées ou photographiées à la volée ou avec trépied, en grossissant au maximum des capacités de l'appareil. Quand on lit les commentaires qui accompagnent ces vidéos, le résultat est désopilant : esprits, vaisseaux extraterrestres, fantômes de défunts, esprits de mondes parallèles, démons, tout y passe ! Une véritable faune exotique qui pourrait facilement être identifiée si les témoins (qui ne voient rien d'autre qu'une étoile à l'oeil nu) se penchaient sur les données astronomiques du moment. Bien sûr, d'une étoile à l'autre et selon l'état atmosphérique, le résultat sera différent. De nombreux paramètres entrent en jeu (focale, type d'appareil, éphémérides, type d'astre, humidité, etc.). Prudence donc !

Rappel : OVNI66 n'enquête pas sur les observations effectuées hors du département des Pyrénées-Orientales sauf si le cas présente un intérêt pédagogique ou démonstratif. OVNI66 ne prête aucun intérêt aux photographies et vidéos qui ne sont pas accompagnées d'un rapport circonstancié.

Posté par blogovni66 à 19:25 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


06 juillet 2016

03/07/2016 - Rivesaltes : une ombre insolite dans le ciel (photos)

2016-07-03-Rivesaltes-1230-1
Dimanche 3 juillet 2016 vers midi trente, un témoin qui roule sur la route du Barcarès remarque dans le ciel ces fameuses traînées blanches laissées par les avions. Intrigué par ce "tube sombre" qui semble plonger vers le sol, il s'arrête pour prendre quelques photos. Mais qu'est-ce donc ?

2016-07-03-Rivesaltes-1230-0
Le phénomène de contrail est classique mais la zone sombre rend la scène insolite

Explication : une ombre volumétrique

En fonction des conditions atmosphériques, les avions sont suivis par une traînée de condensation blanche plus ou moins visible. On appelle ça des contrails.
Quand un contrail est aligné avec le soleil, cela produit une subtile zone d'ombre à travers l'atmosphère. Cette zone vue par la tranche, paraît plus sombre, "comme un rayon noir". Nous sommes habitués à imaginer les ombres comme étant plates car elles sont généralement visibles sur des surfaces. Pour interpréter cette photo, il faut penser en 3D. L'ombre du contrail représente une large surface rectangulaire presque invisible dans le ciel mais ici, le témoin la voit de côté, ce qui la rend plus sombre. Un peu comme quand on regarde une vitre de face, elle est transparente mais sur la tranche, elle est grisée.

2016-07-03-Rivesaltes-1230-2
OVNI66 remercie le témoin pour le partage des photos


Origine des traînées blanches

Le service Flighradar24 permet de visualiser le ciel tel qu'il était, ce dimanche 3 juillet 2016. Les 3 contrails photographiés sont la conséquence du passage de 3 avions commerciaux dont la provenance et la destination sont vérifiables.

2016-07-03-Rivesaltes-1230-FR24
FlighRadar24 révèle un ciel particulièrement chargé autour de 12h30 !


Il existe d'autres types de phénomènes d'ombres volumétriques



Le phénomène est connu, répertorié, photographié et expliqué :

http://contrailscience.com/contrails-dark-lines-chemtrails/

http://www.atoptics.co.uk/atoptics/contr1.htm

http://apod.nasa.gov/apod/ap111127.html.


31 décembre 2015

31/12/2015 - Un bolide traverse le ciel de la Catalogne en plein jour

2015-12-31-BOLIDE-CATALOGNE
Le bolide photographié depuis Teià (Espagne) par © Pedra Ennuvolat - Albert Vàzquez

Ce matin jeudi 31 décembre 2015 aux alentours de 8h30 une cinquantaine de témoins a observé le passage d'un bolide dans le ciel Catalan. Les témoignages font état d'une boule lumineuse verte avec une courte traînée visible pendant plusieurs secondes. Selon la perception de chacun, les couleurs variaient du bleu au vert. Cette couleur caractéristique des rentrées atmosphériques est due à l'ionisation de l'air au passage du météore.

Météorite ou météore ?

Le terme météorite est souvent galvaudé comme on peut le constater sur le titre du journal l'Indépendant. Les météorites ne traversent pas le ciel. On parle de "météorite" quand on veut désigner les fragments tombés au sol. Si le phénomène est encore dans le ciel, il s'agit d'un météore ou d'un bolide quand sa luminosité dépasse celle de la planète Vénus. Dans le cas de ce matin, la NASA n'indiquait aucune rentrée atmosphérique de débris spatiaux (en général on est averti à l'avance quand un morceau de fusée ou un débris de satellite entre dans l'atmosphère). L'hypothèse du morceau de roche de type météoroïde est donc la plus probable.

Un phénomène courant

Au fil des saisons, notre planète traverse des essaims de roches issues de comètes et certaines d'entre elles traversent notre atmosphère. On parle dans ce cas d'une rentrée atmosphérique. Le phénomène est courant puisqu'on peut observer toutes les nuits des étoiles filantes (qui sont des poussières de roches qui se désagrègent dans la haute atmosphère). Certaines d'entre elles peuvent atteindre des dimensions respectables et le météore qui a traversé le ciel Catalan ce matin semble important en terme de masse, de l'ordre de plusieurs kilogrammes. Il n'est pas impossible que des fragments atteignent le sol et qu'avec un peu de chance des météorites soient découvertes dans les prochaines semaines. Toutefois la perception de ce type de phénomène est souvent faussée par une impression de proximité alors que ce fragment cométaire était probablement à plusieurs centaines de kilomètres d'altitude.

La difficulté de retrouver les fragments au sol

Quand le morceau de roche se désagrège, sa vélocité est très grande et il est remarquable par sa luminosité mais en fin de course, les fragments qui atteignent le sol ne sont que très rarement visibles sauf si la combustion génère une traînée de fumée qui pourrait être remarquée par des témoins. Les météores peuvent aussi être audibles, créant des bangs sonores ou des sifflements perceptibles.

Que faire en cas d'observation ?

Le plus important pour les scientifiques est de pouvoir reconstituer la trajectoire et de calculer la chute possible de fragments (météorites). Pour cela le témoin doit indiquer précisément l'heure, le lieu où il se trouve, la direction du début de l'observation, la durée et la direction de la fin de l'observation. Avec ces éléments il sera possible de calculer la trajectoire surtout si les témoignages sont multiples.

25 octobre 2015

Vidéo compilation de méprises OVNI/PAN par Les Suricates


Compilation vidéo de phénomènes aériens insolites expliqués (13 minutes)

Une excellente compilation de vidéos montée par l'équipe des Suricates.

Ci-dessous la liste des phénomènes qui apparaissent :

- Passage de la Station Spatiale Internationale (ISS)
- Flash Iridium (satellite)
- Double flash Iridium
- Satellites militaires en formation (NOSS)
- Divers satellites géostationnaires
- Sprites
- Foudre en boule
- Foudre globulaire
- Lune, Jupiter, Vénus
- Trou de Virga
- Parhélies, halos solaires ou lunaires, Spectre de Brocken
- Phénomènes optiques atmosphériques
- Nuages lenticulaires
- Piliers de lumière
- Sources lumineuses
- Cristaux de glace
- Traînées de condensation
- Avions, hélicoptères
- Lasers
- Aéromodélisme
- Ballons captifs, montgolfières, dirigeables, aérostats
- Ballons à leds, lanternes Thaï
- Parachutistes, spectacles pyrotechniques
- Rentrées atmosphériques, météores, bolides
- Corps solides artificiels (capsules, satellites, fragments de fusées)
- Missiles balistiques (spirales)
- Fusées et lancements de satellites

Un grand bravo à l'équipe des Suricates pour cette vidéo pédagogique !

missile-BOULAVA
A voir jusqu'au bout.

Source : www.operation-suricate.fr

11 octobre 2015

11/10/2015 - Força Real : deux objets volants, comme des tubes...

parapente1

parapente2

parapente3

parapente4

parapente5
"Deux objets volants, comme des tubes tournoyants sur une grande amplitude"

C'est au cours d'une promenade sur le sentier botanique de l'ermitage de Força Réal que nous avons eu la surprise d'assister à l'envol de deux parapentistes. Deux jolies voiles sont apparues sur un versant du Mont Noir ce dimanche 10 octobre 2015 aux alentours de 15h30. Les deux aéronautes, visibles depuis les communes environnantes et jusqu'à Latour-de-France ont été pris pour des OVNIS par un témoin qui nous a signalé "deux objets volants, comme des tubes tournoyants sur une grande amplitude tout près du réseau d'antennes de Força Réal". Par chance, nous étions sur place.

pistachier
Mais non... Elle est très bien cette piste botanique ! Agréable et enrichissante.

Posté par blogovni66 à 22:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

10 juillet 2015

29/06/2015 - Argelès-sur-Mer : ballet de 2 lumières : hypothèse


Les avions radio-commandés peuvent faire du sur-place avec l'hélice avant

29/06/2015 - 23h15 - Argelès-sur-Mer : ballet de 2 lumières non identifiées (suite) :

On ne va pas se faire que des amis avec l'hypothèse drone ou aéromodélisme, surtout en nocturnes et dehors ! Pourtant rien n'écarte totalement cette possibilité. Les ballets aériens près de St Cyprien et Argelès ne sont pas si rares :

19, 21 et 23 mai 2011, drôle d'OVNI aux Capellans, Saint-Cyprien et Argelès

19, 21 et 23 mai 2011 : Capellans, probable modèle radio-commandé

10/11/2010 : Etrange ballet aérien lumineux à Saint-Cyprien

avion-lumineux

On ne peut rien affirmer mais l'indice d'étrangeté de cette observation est léger.

En complément de :
29/06/2015 - 23h15 - Argelès-sur-Mer : ballet de 2 lumières non identifiées

Posté par blogovni66 à 22:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,