28 mars 2015

Prospection sur le site d'une rencontre du 3e type à Cabestany

rr3-1
"C'est alors que j'ai vu une silhouette humaine se détacher de l'immense clarté à l'intérieur."

Philippe nous avait confié son aventure extraordinaire de l'été 1976 : une rencontre du 3e type avec un objet posé au sol près des vignes de son oncle à Cabestany. En pleine nuit, alors qu'il attendait dehors son cousin qui devait venir le chercher en mobylette pour se rendre à Perpignan, son regard fut attiré par une lumière intense derrière le mas de son oncle. Connaissant très bien les lieux, il savait qu'à cet endroit rien ne pouvait expliquer cette luminosité. A l'époque, il n'y avait aucune habitation, aucune route et aucun véhicule n'aurait pu s'aventurer dans ce terrain. En se rapprochant, il aperçut 2 entités humanoïdes filiformes, l'une de très grande taille et l'autre dans les même proportions mais de petite dimension. Les silhouettes de ces deux êtres se tenaient debout devant un rectangle lumineux d'un blanc intense. Philippe ne pouvait pas distinguer le reste de l'engin posé au sol mais il savait que cette scène n'avait rien d'ordinaire. Quand son cousin l'a rejoint, celui-ci ne voulut pas rester et préférait s'éloigner le plus vite possible de cet endroit. Philippe avait insisté pour retourner voir la suite de la scène et c'est là qu'il aperçut dans le ciel l'engin s'éloignant à très basse altitude à une vitesse très lente, "trop lente pour une masse aussi importante". Il l'observa jusqu'à disparation dans la couverture nuageuse de cette nuit orageuse.

Quelques années plus tard, Philippe était retourné sur les lieux, pensant que peut-être quelques traces au sol pourraient confirmer ce qu'il avait observé en 1976. Proche de la nature, fils d'agriculteurs, Philippe avait remarqué que les plantes avaient subi une sorte de traumatisme dans leur croissance. Tiges tordues, feuilles déformées, plantes alambiquées... quelque chose de perceptible était différent à cet endroit précis.

Prospection sur le terrain, 40 ans plus tard

Le 7 mars 2015, nous avions rendez-vous à l'endroit du supposé atterrissage, à Cabestany. Guillem nous accompagnait avec du matériel de détection. Notre but : vérifier s'il restait une trace, un résidu, quelque chose de perceptible que les appareils auraient pu mesurer. Nous savions qu'après 40 ans, les chances étaient minces, surtout après une bonne centaine de labourages et des années de pluies, de sécheresse, de vents et d'érosion... Il fallait pourtant tenter le coup, histoire d'en avoir le coeur net.

3NANOS
Deux détecteurs Geiger Müller et un contrôleur de champ magnétique

Pendant plus de deux heures, nous avons marché près de Guillem armé de ses trois instruments de mesure sur le terrain dans lequel Philippe avait observé l'engin posé au sol et les deux êtres humanoïdes. Nous avons comparé les valeurs hors du site, près du site et à l'intérieur du périmètre indiqué par le témoin. Nous avons élargi le champ de recherche jusque dans les terrains voisins.

prospection3

A l'endroit où Philippe avait remarqué une transformation dans la croissance des plantes, les valeurs étaient sensiblement les mêmes qu'ailleurs. Pendant ces trois heures de prospection, j'en ai profité pour discuter avec le témoin principal. Il m'a raconté à nouveau son observation dans les moindres détails. Nous avons repris quelques mesures, je lui ai posé des questions précises. J'avais en tête son premier récit qui datait de 2010 : la chronologie exacte des évènements, le déroulement de l'action, chaque geste effectué, chaque sensation ressentie, les interactions avec son cousin, les angles, les distances, les directions... Rien n'avait changé. Mots pour mots, gestes pour gestes, il n'a pas modifié son récit d'un iota. Il faut se rendre à l'évidence, Philippe a bien vécu une expérience extraordinaire et même si notre prospection sur le terrain n'a pas donné de résultat mesurable, j'ai toute confiance en la sincérité du témoin.

Cet article est un complément d'enquête. Les détails de cette RR3 sont ici :
xx/08/1976 - Cabestany : objet posé au sol + 2 humanoïdes

Posté par blogovni66 à 23:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,


13 juin 2012

xx/xx/1972 - Près de Perpignan : photo d'ovni au sol

img001 (590x558)Cette photo parue dans un livre de Jean-Claude BOURRET est censée avoir été prise pas loin de Perpignan (selon diverses sources) en 1972. Malheureusement, ni dans l'ouvrage "OVNI, l'armée parle" ni ailleurs, nous n'avons pu trouver de plus amples renseignements concernant les conditions de cette prise de vue.

Pierre GUERIN (ancien Directeur de recherche à l'institut astrophysique du CNRS, décédé en 2000) avait étudié et analysé cette photo. Son rapport indique que celle-ci est exempte de trucage ou artefact chimique ou photographique.

Philippe SCHNEYDER, ufologue et écrivain en a fait la couverture de son livre "OVNI premier bilan" paru en 1983. L'original de la photo (en couleur) provient des archives de la gendarmerie. 

Schneyder-Philippe-Ovni-Premier-Bilan-Livre-284887099_MLMais qui sont les témoins ?

Si cela s'est passé près de Perpignan ou dans les Pyrénées-Orientales, quelqu'un a dû entendre parler de cet évènement. Ce n'est pas tant la photo qui nous intéresse mais les conditions de prise de vue et le témoignage qui accompagne cette photo. 

Peut-être connaissez-vous les personnes témoins de cet évènement ? Avez-vous des renseignements concernant cette photo ou son auteur ? Merci de nous contacter à info@ovni66.com.

Posté par blogovni66 à 18:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

02 avril 2012

Le mystère de la photo de l'ONI posé à Opoul résolu !

OVNI-au-sol
Coordonnées de la position de l'ONI :  42°52'55.97"N - 2°51'59.55"E

L'objet que l'on peut voir sur les photos satellites du secteur Opoul-Périllos a suscité curiosité et scepticisme à cause de la parution de l'article un 1er avril. Il est vrai que la date n'était pas choisie au hasard et que nous étions au courant de la nature exacte de cet objet incongru posé entre un chemin et la route qui mène au village abandonné de Périllos...

Il a bien existé, il est toujours visible sur les cartes de Google Earth et même si la prise de vue date un peu, elle nous a toujours parue assez intrigante pour être mentionnée sur OVNI66. J'espère que vous ne nous en voudrez pas pour ce petit poisson d'avril...

Un objet d'Art Contemporain

Cette sculpture issue de récupération de métaux industriels est l'une des pièces disposées dans la nature pour l'exposition de 2005 "Ni trop haut, ni trop loin" et c'est le paysage naturel du secteur Opoul-Périllos qui avait été choisi par l'artiste Yoon Hee pour cette balade culturelle. Yoon Hee née à Séoul, vit à Paris et à Périllos et son talent est reconnu dans le monde entier grâce à ses diverses et nombreuses expositions.

rupture
"Rupture" est le nom de cette pièce de Yoon Hee © copyright www.Yoon-Hee.com

Pour les plus curieux, je vous invite à visiter le site internet de l'artiste : www.yoon-hee.com dans lequel vous retrouverez la plupart de ses oeuvres (dessins, peintures, fresques et sculptures contemporaines).

Remerciement spécial à Christophe B., observateur OVNI66

Je tiens à remercier et féliciter Christophe B. qui a poussé la curiosité jusqu'à se déplacer le jour-même de la parution de l'article jusqu'à l'endroit désigné par Google Earth pour vérifier par lui-même que l'objet n'était plus là. Il nous a rapporté la photo ci-dessous qui témoigne des traces laissées par l'objet mystérieux en 2005.

rupture-vide
Photo : © Christophe B. pour OVNI66, le 1 avril 2012

Posté par blogovni66 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

01 janvier 1998

xx/08/1976 - Cabestany : objet posé au sol + 2 humanoïdes

Un objet posé près d'une vigne à Cabestany

C'était fin août 1976, autour de minuit, le temps était très orageux. Je sortais d'un petit Mas habité par mon oncle. Ce mas, à l'époque était assez isolé et situé en campagne, au bord d'une route secondaire et entouré de vignes. En sortant du mas j'ai eu la sensation d'une présence, j'ai alors tourné la tête du coté où se trouve un chemin de terre débouchant sur des vignes en contre-bas. J'ai alors aperçu une énorme lumière mais qui ne se reflétait pas vers l'extérieur, une lumière intensément blanche mais confinée dans son habitacle, elle ne rayonnait pas, je suis formel. Comme je connaissais très bien le secteur, je savais pertinemment que rien ne pouvait se trouver à cet endroit sans que je le sache. J'ai donc pris l'initiative d'aller voir de plus près. Je me suis engagé sur le chemin de terre à pied en longeant le mur du mas sur une cinquantaine de mètres et j'ai observé. J'étais abasourdi par ce que je voyais. En contre-bas de la vigne un objet qui me paraissait de forme rectangulaire, les angles droits se découpaient bien dans l'obscurité, cet objet concentrait une lumière intense qui emplissait entièrement l'objet.

vignes2

J'étais à l'arrêt à l'angle du mur qui donne à l'arrière du mas. Connaissant les lieux et la hauteur approximative du mas ainsi que la hauteur approximative du dénivelé de la vigne par rapport à la route, j'en ai déduit qu'il devait mesurer une quinzaine de mètres en longueur et 7 à 8 mètres de hauteur. C'est alors que j'ai vu une silhouette humaine se détacher de l'immense clarté à l'intérieur. Cette silhouette était entièrement noire, très grande et filiforme avec de longs bras très minces. Elle semblait regarder dans ma direction. Tout à coup une deuxième silhouette s'est elle aussi détachée de la lumière, elle avait les mêmes proportions mais était de taille plus petite. A mon échelle on aurait dit son enfant. Ils semblaient regarder dans ma direction, ce que je trouvais très surprenant. J'ai ensuite voulu m'approcher pour comprendre ce que j'avais devant mes yeux. Il faut vous dire, que je ne me suis jamais laissé impressionner facilement et quand j'ai décidé d'avancer j'avance.

Le témoin est gentiment prié de ne pas s'approcher...

Le problème c'est que je me suis retrouvé comme sans réaction au moment d'avancer plus vers la chose. Je me suis alors forcé me disant qu'on ne réussirait pas à m'empêcher d'aller voir de plus près. Curieusement j'avais l'impression qu'une voix douce, humaine (d'homme) s'adressait à moi, mais à l'intérieur de ma tête. Elle semblait dire : "n'approche pas plus près, cela ne servirait à rien, ce n'est pas le moment..." J'ai alors eu tout le corps parcouru de frissons et curieusement j'ai compris qu'ils avaient raison. Je me suis senti très paisible et mon subconscient ayant compris le message je me suis éloigné.

Reconstitution sur le terrain

Nous avons rencontré le témoin, la cinquantaine, un homme très sérieux, sympathique et parfaitement équilibré. Nous avons discuté avec cet ancien chef d'entreprise pendant deux heures et nous n'avons pas trouvé de contradictions dans ses propos. Le terrain privé a été un petit peu remanié depuis 1976 mais le petit mas est toujours là. L'objet posé se trouvait dans une cuvette depuis laquelle on ne peut rien voir à 360°. Ce détail a son importance. En effet, on peut constater que l'engin posé ne pouvait être vu de nulle part à la ronde, sauf depuis l'endroit précis où se trouvait le jeune homme de l'époque, près du mas.

S'il avait fallu poser en terrain ennemi un hélicoptère en difficulté, on ne pouvait trouver meilleure place. Sauf que là, il ne s'agit pas d'hélicoptère ni de rien de connu. L'engin, avec sa forme rectangulaire et sa taille imposante reste non identifiable.

Pendant la reconstitution nous avons pu calculer que le grand être mesurait au minimum 4 mètres en tenant compte du dénivelé du terrain. Mais l'engin se trouvait-il complètement posé ? Difficile à dire.

rr3_last

Reconstitution. L'engin (en blanc) mesurait environ 15 m de long et 7 m de haut.

Quand ces êtres ont remarqué la présence du témoin, le plus petit a pris la main du grand. Ce geste qui peut paraître anodin, a immédiatement rassuré le témoin sur leurs intentions pacifiques.

Quelques précisions supplémentaires

Philippe n'était pas seul. Son cousin, plus jeune, qui était venu le chercher en mobylette et qui se trouvait en retrait sur la route goudronnée près du Mas, a bien remarqué la clarté lumineuse intense qui se dégageait de la cuvette en contrebas. Il est resté sur sa mobylette à attendre Philippe. Impressionné par l'incompréhension de ce qu'il voyait, il ne s'est pas approché. Il était impatient de repartir vers Perpignan.

Quand Philippe a rejoint son cousin en ayant renoncé à s'approcher plus près de l'OVNI, ils se sont engagés sur la route en direction de Perpignan. Mais quelques centaines de mètres plus tard, le témoin principal a souhaité retourner sur les lieux. Il fallait qu'il comprenne absolument ce qui venait de se passer. C'est à ce moment là que tous deux ont remarqué dans le ciel un engin qui semblait plus grand encore, avec 3 demi sphères disposées en triangle, collées dessous. L'engin s'éloignait vers l'Est, sous le plafond nuageux, à une vitesse extrêmement réduite dans un vrombissement que l'on pourrait comparer à celui que l'on entend quand on se trouve près de ligne à haute tension (ou près d'un transformateur). A l'intérieur de chaque demi sphère, on pouvait distinguer des arcs électriques rougeoyants. L'objet posé au sol, lui, avait disparu.

Quelques années plus tard, Philippe est retourné sur les lieux, pensant que peut-être quelques traces au sol pourraient confirmer ce qu'il avait observé en 1976. Proche de la nature, fils d'agriculteurs, Philippe a tout de suite remarqué que les plantes avaient subi une sorte de traumatisme dans leur croissance. Tiges tordues, feuilles déformées, plantes alambiquées... quelque chose de perceptible était différent à cet endroit précis.

Malheureusement, aujourd'hui il ne reste rien qui puisse confirmer ses dires. La terre a été plusieurs fois labourée et des vignes ont été plantées à l'endroit du supposé atterrissage.

Philippe n'a jamais parlé à personne de cette observation pendant tout ce temps par peur du ridicule. Père de famille, chef d'entreprise, tenant à sa réputation, il a souhaité garder l'anonymat et préserver des curieux la localisation exacte du lieu de l'observation.

22_08_1976_strasbourgRecherches complémentaires :

Nous avons passé quelques heures aux Archives Départementale des Pyrénées-Orientales pour vérifier si les journaux de l'époque avaient relaté une observation similaire dans la région ou ailleurs à peu près aux mêmes dates. Un autre témoignage aurait en effet pu corroborer celui-ci.

Nous avons trouvé sur l'Indépendant un article datant du 22 août 1976 concernant l'observation d'un ovni pendant plusieurs heures par 4 témoins dont 2 gendarmes dans la région de Bouxwiller (Bas-Rhin) puis à Saverne. Etait-ce le même engin ? Nous ne le saurons jamais mais la coïncidence est troublante.

L'année 1976 fut très riche en observations d'ovnis accompagnés d'êtres humanoïdes. C'est d'ailleurs en août 1976 que le célèbre journaliste Jean-Claude Bourret annonçait la sortie de son premier livre "Le nouveau défi des O.V.N.I" aux éditions France Empire.







(suite) 4 ans après cet article, à lire :
Prospection sur le terrain à la recherche de traces.

Posté par blogovni66 à 03:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,