12 janvier 2014

11/01/2014 - Visite du futur observatoire astronomique de Tautavel

01
La caméra Allsky chargée d'enregistrer les passages de météores dans le ciel de Tautavel

02
L'observatoire de Tautavel sera construit sur un terrain de jeu désaffecté

03
Le futur observatoire astronomique, derrière le musée de la préhistoire de Tautavel

04
Vivien Pic, Directeur de l'observatoire, est responsable de la caméra allSky confiée par le GEIPAN

05
La coupole mobile tourne sur elle-même pour pointer le télescope dans la direction choisie

Samedi 11 janvier 2014, Vivien Pic nous a présenté en petit comité, le terrain réservé au futur observatoire astronomique de Tautavel. C'est avec un réel enthousiasme que ce jeune astronome nous a accueilli dans son espace dédié à l'observation du ciel. Le projet de l'association ASTRO-Lab est important : soirée découverte Astro, initiation à l'astro-photographie, prise en main d'un télescope, stages et formations de l'initiation au perfectionnement, animation scientifique scolaire (du CE1 à la Terminale), conférences et séminaires, collaboration Pro/Amateurs. L'idée est simple : partager des connaissances et offrir à chacun l'occasion de découvrir le ciel grâce aux compétences d'astronomes amateurs et professionnels, avec un matériel adapté et pour une participation modique de 10 euros/an (adhésion).

Une caméra ALLSKY confiée par le CNES/GEIPAN

La caméra est branchée en permanence, 24/24h et enregistre les moindres déplacements suspects dans le ciel nocturne de Tautavel. Les données fournies par cette caméra reliée à une station météorologique permettront au GEIPAN d'effectuer d'éventuelles vérifications dans le cas de signalement de passage de météores et tout Phénomène Aérien Non identifié. Pour le moment, elle est en phase de calibrage et de tests de fiabilité. Sensible au moindre déplacement, elle enregistre automatiquement 30 images par seconde dès qu'un mouvement est détecté dans le ciel. De nombreux paramétrages permettent de discriminer oiseaux, insectes, étoiles scintillantes, passages de nuages, étoiles filantes, météores, aéronefs et pourquoi pas, celui d'un OVNI ou d'un PAN.

Les observateurs OVNI66 participeront à certaines formations et veillées nocturnes

Conscients de l'intérêt de mieux connaître le ciel nocturne et d'acquérir de bonnes notions en astronomie, les observateurs du réseau ovni66 pourront perfectionner leurs connaissances en suivant une formation adaptée au cours de sessions organisées par l'association ASTRO-Lab. Ce sera l'occasion pour les membres du réseau de se rencontrer un peu plus souvent et de poser toutes les questions relatives à l'astronomie, l'astro-photographie et sciences associées. Chacun pourra amener son propre matériel ou utiliser celui mis à disposition par l'association.


Mise à jour 2017 :
Mauvaise nouvelle, faute de financement, l'observatoire astronomique de Tautavel n'a jamais vu le jour.


24 octobre 2013

11/08/2009 - Canet-en-Roussillon : des témoins trompés par une campagne publicitaire


Campagne de visibilité de l'agence Buzzman pour la chaîne SyFy en août 2009

"Le 11 août 2009 entre 4h45 et 5h20 deux personnes observent au-dessus de la mer un point lumineux blanc dont le coutour est de couleur verdâtre. Aucun bruit n'est entendu durant les évolutions à vitesse variable et le départ à grande vitesse de l'objet vers le large. Les témoins constatent que deux bateaux de plaisance étaient dans le environs proches des évolutions du phénomène.

L'observation à Canet-en-Roussillon s'est déroulée pendant une campagne publicitaire effectuée par l'agence Buzzman pour la chaîne SyFy en nocturne dans la nuit du 10 au 11 août 2009 entre Canet et Argelès. Le thème « Rencontre du 3e type » et les effets spéciaux utilisés pour cette campagne concordent avec l'observation insolite des 2 témoins. L’heure très matinale de cette animation (4h45) correspond à la fin de l’animation commencée le soir dans la ville voisine d’Argelès. 
Ce cas est parfaitement expliqué et donc classé « A » comme animation lumineuse pour une campagne de publicité."

Source : GEIPAN
- Compte-rendu d'enquête
- Procès verbal n°2709
- Carte du parcours

Encore une affaire résolue par le GEIPAN. D'autres personnes se sont peut-être laissées abuser par cette campagne promotionnelle qui a parcouru le littoral méditerranéen et atlantique en période estivale. Les ufologues ayant enquêté sur des cas similaires pour la période du 01 au 18 août 2009 devront vérifier dans leurs archives les dossiers restés inexpliqués de cette époque. 

Posté par blogovni66 à 22:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

19 juillet 2013

08/08/2013 - le GEIPAN sera présent au 6e Festival d'Astronomie de TAUTAVEL

Dans le cadre du 6e festival d'astronomie de Tautavel, Xavier Passot présentera les activités du GEIPAN le  jeudi 08 aout 2013 à 21 h 30 au Théâtre du millénaire (amphithéâtre de plein air, accès libre et gratuit). En cas de météo défavorable, la conférence se fera dans l'auditorium du palais des congrès de Tautavel. 

04-08-2011-1

Bien sûr, nous ne raterons pas cet événement ! Le festival d'astronomie de Tautavel est entièrement gratuit : l’accès aux ateliers, conférences, planétarium, observations diurnes et nocturnes aussi. les observateurs OVNI66 sont invités à réserver cette soirée et à préparer leurs questions concernant les phénomènes aériens non identifiés qu'ils pourront directement poser au Directeur du GEIPAN. 

Renseignements: astronomie@tautavel.com

Plus d'infos : www.astreschevelus.fr


Présentation du GEIPAN (France 3)

Posté par blogovni66 à 10:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 juin 2013

26/06/2013 - Le GEIPAN sur le 19/20 France 3 (national)


Le seul organisme public au monde qui répertorie les OVNIS

Mercredi 26 juin 2013, France 3 présentait dans un court reportage, une partie de l'équipe du GEIPAN (Groupe d'Etude et d'Information des Phénomènes Aérospatiaux non Identifiés) basé à Toulouse au sein du Centre National d'Etudes Spatiales (CNES).

Que nous apprend ce reportage ?

- 22% de phénomènes inexpliquées
- les erreurs d'interprétation sont nombreuses
- une caméra de surveillance du ciel est placée sur le toit du GEIPAN (Toulouse)
- 15 enquêteurs sont formés en France pour mener des entretiens avec une méthodologie stricte
- pour certains témoins, il peut y avoir un avant et un après [ l'observation]... toute leur vie !
- en 35 ans d'existence, le GEIPAN a traité 6500 phénomènes


LE GEIPAN EST-IL UN ORGANISME DE RECHERCHE ?

Le GEIPAN est souvent considéré comme un organisme de recherche dédié à la recherche d’existence de vie extraterrestre ou de technologies extraterrestres très avancées, mais il n'en est rien. Ce n'est ni dans sa mission, ni dans ses compétences, conformément aux missions du CNES qui, lui-même, n'est pas un organisme de recherche. Le GEIPAN a pour rôle essentiel de mettre les informations qu’il rassemble à la disposition de la communauté scientifique et évidemment du grand public.

COMMENT FONCTIONNE LE GEIPAN ?

Il est encadré par un comité de pilotage présidé par une personne reconnue du monde aérospatial et composé de représentants des autorités civiles et militaires françaises (Gendarmerie nationale, Aviation civile, Météo, Armée de l’air, Recherche scientifique) et du CNES. Ce comité a pour mission d’analyser les résultats du GEIPAN et de faire des recommandations au CNES sur ses orientations.
 
Il s'appuie sur un collège d’experts – une trentaine de bénévoles – multidisciplinaires et scientifiques, qui examinent les cas d’observation les plus complexes qui leur sont soumis. Ils apportent une véritable caution scientifique à l’analyse des cas.
 
Les enquêteurs répartis sur tout le territoire français participent, eux aussi bénévolement, à l’évaluation des cas d’observation. Si nécessaire, ils sont mandatés par le GEIPAN, dans le cadre de missions précises et sur une durée limitée, pour se rendre sur place et conduire des entretiens complémentaires avec le ou les témoins des cas. Ils se soumettent aux méthodes d'enquête définies par le GEIPAN dans le guide de l'enquêteur.
 
Le GEIPAN s'appuie aussi sur des interlocuteurs externes pour mener ses enquêtes :
- les organismes avec lesquels le GEIPAN a développé des conventions qui lui permettent d'accéder rapidement à des informations tangibles : Gendarmerie nationale, Armée de l’air, Aviation civile, Marine, Météo France... ;
- la communauté scientifique : le CNRS (notamment l'IMCEE), le CEA...

en italique : source GEIPAN

Posté par blogovni66 à 19:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 mars 2013

Le phénomène lumineux du 12 décembre 2012 expliqué !

2012-12-12-photo
Photo prise par le pilote de l'avion en approche de Perpignan.

Le 12 décembre 2012, 3 témoins situés en 3 endroits différents ont observé une lumière intense dans le ciel aux alentours de 20h16. L'un est pilote, en approche de l'aéroport de Perpignan, l'autre contrôleur-aérien et le 3e roulait en direction d'Espira-de-l'Agly. Les angles d'observation convergent vers le nord de Rivesaltes et le Nord-Ouest d'Espira de l'Agly.

complexe-de-tirs600
Au Nord de Rivesaltes, le Camp Joffre et le Complexe de tir d'Opoul (contours en kaki).

Selon le GEIPAN, ce jour-là, entre 20h et 21h, des exercices de tirs de fusées éclairantes équipées de parachute ont été effectués dans cette zone dont le périmètre s'étend du sud de Vingrau et Tautavel jusqu'au Nord de Rivesaltes (le Complexe de tir d'Opoul est délimité en kaki sur la carte Geoportail).


Exemple de tirs de fusées éclairantes (le modèle peut varier)

Le phénomène observé le 12 décembre 2012 correspond exactement aux caractéristiques des fusées éclairantes tirées ce jour-là. Celles-ci peuvent monter à 200/400 m d'altitude et sembler fixes dans le ciel pendant plusieurs dizaines de secondes grâce à leur parachute. Elles sont capables d'illuminer plusieurs hectares au sol. La couleur de la lumière intense peut varier du rouge au jaune/orange ou blanc selon le type. Les caractéristiques, l'heure et les lieux correspondent parfaitement aux 3 témoignages.

Classé A par le GEIPAN
Lire le compte-rendu

Le cas du 12/12/2012 est classé dans les cas expliqués.

Cet article est un complément de :
12/12/2012 - Nord de Perpignan : plusieurs témoins au sol et un pilote observent une lumière insolite dans le ciel


15 février 2013

Rentrée atmosphérique de Soyouz, pluie de météorites, astéroïde...

Alors que le mercredi 13 février 2013 plusieurs témoins signalaient au GEIPAN avoir observé le passage d'une traînée de feu dans le ciel de l'Est de la France, aujourd'hui 15 février, des russes disent avoir observé des objets brillants chuter du ciel dans les régions de Tcheliabinsk et de Sverdlovsk. Dans la ville de Tcheliabinsk, une puissante explosion a été ressentie aux premières heures de la journée et une secousse a ébranlé un immeuble. A environ 200 km plus au sud-est, à Ekaterinbourg, des témoins ont vu dans le ciel la trace d'un objet en train de chuter.

Selon le GEIPAN la traînée de feu observée depuis la France aurait pour origine la rentrée atmosphérique d'un étage du lanceur Soyouz SL-4 R/B. Ce lanceur venait de mettre en orbite un vaisseau-cargo Progress à destination de la Station Spatiale Internationale ISS.

meteor-15-02-2013

Dans la région Tcheliabinsk et de Sverdlovsk, au centre de la Russie, c'est une pluie de météorites qui serait à l'origine d'accidents, blessant une cinquantaine* de personnes.

Ce soir 15 février, nous pourrons observer le passage d'un gros astéroïde de 45 mètres qui frôlera la Terre à quelques dizaines de milliers de kilomètres. Même si 2012 DA14 est traqué par la NASA - selon leurs calculs son passage est sans danger - de temps en temps, la mécanique céleste nous rappelle que certains évènements naturels sont encore impossibles à prévoir.

Sources : Le Monde, le GEIPAN.

* Mise à jour à 19h45 : selon l'AFP il y aurait près d'un millier de blessés légers (éclats de verres).

Posté par blogovni66 à 08:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 décembre 2012

12/12/2012 - Nord de Perpignan : plusieurs témoins au sol et un pilote observent une lumière insolite dans le ciel

Il est 20h16 ce mercredi 12 décembre 2012, lorsque 3 personnes situées en 3 endroits différents observent une lumière intense dans le ciel au nord de Perpignan.

Le premier témoin est pilote, il approche l'aéroport de Perpignan à une altitude d'environ 460 m (1500 pieds). Soudain une lumière jaune-orangé apparaît à droite de la piste au loin. Pendant 6 secondes la lumière fixe, plus grosse qu'un phare d'avion, reste suspendue dans le ciel à une altitude légèrement plus basse du Pipper puis disparaît. Quelques secondes plus tard la lumière réapparaît au même endroit pendant 5 secondes et disparaît à nouveau. Le pilote a le temps de prendre une photo avec son téléphone.

2012-12-12-photo
Photo prise par le pilote à 20h16 (photo réduite, encadré à 100%)

Le second témoin est un professionnel de l'aéronautique. Au même moment que le pilote, il observe depuis l'aéroport de Perpignan-Rivesaltes une lumière intense jaune orange pendant 30 secondes. Il évalue sa hauteur angulaire à 20° au dessus de ses yeux. Le plafond nuageux ce soir là est à 2000 pieds (600 mètres).

2012-12-12-carte-photo
Photo + carte avec angle de vue de chacun des témoins

Le 3e témoin traverse Espira-de-l'Agly en voiture. Pendant 20 à 30 secondes Sylvie observe en direction du NNE une lumière intense, forte et diffuse, argentée-rougeâtre, assez haute dans le ciel. Sylvie n'a pas cessé de rouler pendant la durée de l'observation, tout en ralentissant pour mieux voir la lumière en forme de sphère aplatie qui l'intrigue. Arrivée au rond-point près du stade, la lumière toujours fixe disparaît soudainement. A bout de bras, elle évalue la taille apparente du phénomène lumineux à 4 mm de large sur 2 mm à une hauteur de 40° par rapport à l'horizon de ses yeux.

2012-12-12-angles-communs
Localisation du phénomène lumineux à peu près à la verticale d'une zone militaire

Voilà un cas de figure intéressant : plusieurs témoins indépendants (un 4e s'est manifesté avant la diffusion de cet article), une vue aérienne, deux témoins au sol et une photo. Chacun se demande ce que pouvait bien être cette lumière apparue à la verticale de la zone militaire de Rivesaltes. Deux des témoins ont signalé leur observation au GEIPAN. Quelques détails ont été omis pour les besoins de l'enquête mais nous espérons pouvoir donner une suite à cette observation pour le moins insolite.

zone-militaire
A suivre...

Cet article a reçu un complément d'information suite au résultat d'enquête publié par le GEIPAN le 5 mars 2013 :
Le phénomène lumineux du 12 décembre 2012 expliqué !

17 juin 2012

25 mars 1976 - Thuir : Observation d'un engin surmonté d'un dôme par 3 témoins.

THUIR__66__25
THUIR__66__25
THUIR__66__25
Source GEIPAN :
Le 25 mars 1976 vers 14h30 un automobiliste et ses passagers qui roulaient sur la CD48 entre Thuir et Camelas, observent dans le ciel un engin lumineux se déplaçant Est-Ouest. De grandes dimensions et de forme ovale surmonté d'un dôme, il reste dans leur champ de vision durant une minute avant de disparaître brusquement. Aucun autre témoignage ne sera recueilli sur ce phénomène.

Classé D1 par le GEIPAN (fiche du cas)
lien vers le PV de Gendarmerie

Posté par blogovni66 à 13:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

06 avril 2012

03/04/2012 - Toulouse/INSA : conférence du GEIPAN

geipan-insa

Mardi 3 avril 2012, le GEIPAN (Groupement d'Etudes et d'Informations sur les Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés) était invité par l'INSA (Institut National des Sciences Appliquées) à Toulouse pour une conférence en trois parties. Le public jeune était principalement composé d'étudiants et d'une poignée d'ufologues. La salle de l'amphithéâtre était comble et l'ambiance plutôt studieuse et passive (à part quelques réactions offusquées de courte durée concernant la rareté des cas D présentés).

Le Directeur du GEIPAN :
Xavier Passot a dressé un bref historique du GEIPAN, ses relations avec le CNES (Centre National d'Etudes Spatiales), le fonctionnement de cette institution unique en son genre et quelques cas étudiés récemment. Il s'est montré extrêmement prudent quant à l'interprétation des observations d'OVNIS qu'il reçoit quotidiennement et nous a fait clairement ressentir son scepticisme par rapport aux phénomènes non identifiés dans leur ensemble. C'est sans ambiguïté qu'il aborde le sujet d'une manière rationnelle, scientifique et pragmatique. Reconnaissant que les cas d'une haute étrangeté sont plutôt rares, il n'a pas manqué de nous démontrer que les cas les plus courants sont des méprises ou erreurs d'interprétations, photos, schémas et vidéos à l'appui (Sprites, satellites, effets de Flare, reflets, bolides, spectre de Brocken, "cocarde du pilote", lanternes thaï, etc.) et que le rôle du GEIPAN consiste à répondre à une forte demande d'explications par un public souvent peu ou mal informé sur le ciel, la météo, l'astronomie et l'aéronautique en général.

Pour les cas restés non expliqués, Xavier Passot distingue les cas D1 (cas inexpliqué peu consistant avec un caractère d’étrangeté marqué) et D2 (phénomènes très étranges et "de consistance forte" avec plusieurs témoins indépendants, et/ou des enregistrements photo ou vidéo, et/ou des traces au sol) des anciens cas D (phénomène non identifié), amenant ainsi quelques précisions utiles à la classification destinée aux chercheurs et au public.

Malgré son excessive prudence, M. Passot a su convaincre de l'utilité du rôle du GEIPAN et de la nouvelle dynamique qu'il compte insuffler à cet organisme d'utilité publique.

Romain Bouvier, chercheur en psychologie au CNRS :
Ce jeune scientifique a tenté de nous expliquer que le comportement d'un enquêteur (sa manière de poser les questions, le vocabulaire utilisé, la gestuelle) pouvait influencer le récit du témoin de manière inconsciente et qu'il était donc important que celui-ci soit formé aux techniques interrogatoires appropriées à ce genre de situation. Fort de ses connaissances en psychologie cognitive, M. Bouvier a donné quelques exemples démonstratifs (vidéos et sonores - qui n'ont pas manqué de faire rire le jeune public), concernant les phases d'étonnement, d'émerveillement, de peur et de panique de certains témoins face à un phénomène qu'ils n'identifient pas sur le moment. L'exposé était rapide et le phrasé un peu maladroit (M. Bouvier semblait vouloir rester discret sur sa méthode tout en nous faisant partager son enthousiasme) mais ce chercheur en psychologie avait l'air très sûr de lui, parlant d'hypothèses de nature psychologique, de phénomènes psychopathologiques et schizophréniques... des termes qui font évidemment bondir certains ufologues. J'ai bien aimé sa remarque : "La moitié des erreurs judiciaires est due à des erreurs d'évaluation des témoins oculaires". La brièveté de son exposé concernant les méthodes interrogatoires calquées sur celles utilisées par la police ou les agents d'assurance n'a pas permis de rendre compte de la portée de ses recherches mais elles semblent prometteuses. J'ai retenu que sa méthode permettrait de différencier les souvenirs réels des souvenirs induits ou construits, entre autres. Les enquêteurs de terrain auraient fort à gagner à suivre une formation de ce type.

Michael Vaillant, informaticien et statisticien :
Cette partie pouvait paraître un peu ardue mais aurait largement mérité un prolongement tant le sujet était à la fois original, riche et pointu. Michael nous a épargné les formules mathématiques complexes, algorithmes et autres tortures de l'esprit en réussissant à vulgariser au maximum son exposé.

Cartes géographiques des cas :
Partant de cartes géographiques sur lesquelles sont pointés les cas répertoriés au niveau national, Michael Vaillant a essayé de découvrir quels étaient les points communs entre certaines de ces observations et la géographie locale. Les paramètres tels que la densité de population, le taux d'ensoleillement, la présence d'aéroports, les sites de stockage, de traitement ou centrales nucléaires, confrontés à la présence de phénomènes aériens non identifiés font l'objet d'une étude scrupuleuse et factuelle, sans états d'âmes ou subjectivité.

Les résultats sont troublants : après avoir nettoyé des cartes les PANS de type A, B, C, il ressort qu'il y aurait une corrélation entre la présence de PAN D et tout ce qui est lié au nucléaire. Ce fait étonnant est passé presque inaperçu pendant la conférence et personne n'a relevé sur le moment l'importance de cette découverte qui suscitera certainement de nombreuses interprétations et commentaires dans un avenir proche. Michael Vaillant propose d'ajouter des variables pour essayer d'aller plus loin dans cette voie de recherche.

Chronologie des vagues :
Une autre étude démontre que les vagues d'ovnis - à un niveau mondial cette fois-ci - (communément admises par leur réelle popularité) ont une fréquence régulière dont la durée est exponentielle dans le temps. M. Vaillant suggère que ce rythme ressemble a celui d'un apprentissage programmé, sans se risquer de préciser si celui-ci est dû à une volonté extérieure ou plus simplement à un traitement médiatif porté par un inconscient collectif. La prochaine vague importante serait même prévisible : 2035.
Michael Vaillant a fait un travail remarquable. La publication de ces constats est attendue avec impatience !

Réserves :
L'enregistrement de cette conférence étant interdit, j'émets donc quelques réserves sur la fidélité de mon compte-rendu concernant la dernière partie de conférence. Michael Vaillant pourra corriger s'il le souhaite.
Pascal Guillaumes pour OVNI66.

Posté par blogovni66 à 20:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

13 mars 2012

Question de croyance : le Directeur du GEIPAN s'explique

Suite à l'article du monde.fr qui avait mis en émoi les ufologues, M. Xavier Passot, directeur du GEIPAN, donne les précisions suivantes :

Question de CROYANCE (Article du Monde /web) :
Le journaliste du Monde a résumé un peu trop rapidement notre assez longue conversation.
Ma position personnelle sur ce sujet "croyances" est la suivante :
Lorsqu'un témoin observe un phénomène étrange qui lui est inconnu, il l'interprête d'abord par intuition, selon ses émotions, sa culture et ses croyances, croyances qui peuvent être de toutes sortes : religion, extra-terrestres, scientisme ...
Et le rôle du GEIPAN est d'essayer de démêler dans les témoignages de PAN les éléments factuels des éléments perturbés par l'émotion, l'interprétation intuitive et les croyances, puis d'analyser ces éléments factuels pour proposer une hypothèse conforme aux observations.
 
Le projet de réseau de cameras :
Le CNRS a lancé début 2012 un projet de création d'un réseau de 100 cameras à répartir sur le territoire français (métropole) afin d'enregistrer les traces de bolides. Ce  projet est porté par l'IMCCE (ex- bureau des longitudes) et le Museum National d'Histoire naturelle (dépôt national de la collection de météorites) ; le financement n'est pas encore décidé ; le système sera opérationnel au plus tôt en 2014. Le GEIPAN compte s'équiper dans l'année qui vient d'une ou 2 cameras qui feraient à terme partie du réseau CNRS. Le GEIPAN aura accès aux données de l'ensemble du réseau. Les cameras et les logiciels qui exploiteront les images seront paramétrés pour capturer les traces de bolides (rentrées atmosphériques de météoroïdes ou de débris spatiaux). Ce système permettra d'identifier précisément les deux types de phénomènes. Il n'est pas exclu que le système enregistre d'autres phénomènes. Il faut bien être conscient que, avec ce maillage de 100 cameras, la couverture du ciel français ne sera assurée à 100% qu'au dessus d'une altitude de l'ordre de 30km. Les phénomènes transitoires très lumineux qui passeront dans le cône d'observation des cameras seront tous enregistrés ; à basse altitude, ce cône ne représente qu'une surface relativement faible.

Ceci est un complément de l'article du 26 février 2012

Posté par blogovni66 à 21:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,