19/09/1981 - Bourg-Madame : OVNI rouge

1981-Bourg-Madame

Les 19 septembre, 3 et 27 octobre 1981 des témoins aperçoivent dans la même zone frontalière franco-espagnole, un objet lumineux qui se déplace dans le ciel entre 23h et 3 h du matin. La direction de cet objet pour les trois observations est Nord-Sud et la couleur rouge est indiquée par les trois témoins.

Mise à jour en 2019

En Août 2019, le GEIPAN publie sur son site :
Ces trois observations de PAN avaient été considérées à tort, lors de la première analyse, comme relevant d’un même phénomène. La non détection de cela avait pu induire une perception de forte étrangeté (classement D initial). La nouvelle analyse met en évidence qu’il s’agit bien de 3 observations de PAN de nature différente. Le dossier BOURG-MADAME (66) 1981 est renommé en 2019 selon les 3 lieux d'observation.

Concernant SAINTE-LEOCADIE (66) 19.09.1981
Le témoignage présente plusieurs erreurs commises à la fois par le témoin et par les gendarmes ayant enquêté sur le cas, notamment au niveau du lieu d’observation et de la situation du PAN par rapport au paysage, mais ceci a pu être rectifié par la deuxième analyse. L’aspect visuel et le mouvement sont compatibles d’un hélicoptère situé au-dessus du territoire espagnol et sortant des relevés de navigation établis par l’enquête. La consistance du cas est limitée (notamment sur la taille angulaire du PAN) mais permet néanmoins de soutenir l’hypothèse.
Le GEIPAN classe le cas en B : observation probable d’un hélicoptère.


Concernant CORNEILLA-DE-CONFLENT (66) 27.09.1981

Il s’avère que l’observation du PAN est totalement compatible d’un phénomène situé au niveau du sol avec une vitesse de déplacement, calculée d’après les azimuts de l’axe d’observation, compatible de véhicule terrestre ou même de déplacement piéton. La recherche de l’explication dépasse donc les seules compétences du GEIPAN puisque l’observation est compatible d’un phénomène totalement situé au sol.
Le GEIPAN classe le cas en C : inexploitable car dépasse les seules compétences du GEIPAN.


Concernant VERNET-LES-BAINS (66) 03.10.1981
Le témoin a rejeté sa propre hypothèse « avions » uniquement parce qu’il évalue la distance à 300 mètres non compatible d’une telle présence. Une distance d’avion à moins de 4 km aurait dû faire partie des relevés de navigation établis lors de l’enquête. Néanmoins, en absence de relevés d’information de taille angulaire, la fiabilité de la perception de distance par le témoin ne peut être appréciée. Les 2 PAN peuvent être bien plus loin car ils ne sont pas passés devant des reliefs qui auraient pu fixer une distance maximale. S’ils sont à plus de 4 km, compte tenu de la hauteur angulaire correctement relevée, ces PAN sont alors à une altitude qui sort de la zone de relevés de navigation aérienne dont on peut disposer. Inversement, s’ils sont à une distance moindre ils auraient dû figurer dans ces relevés. Les détails décrits à l’intérieur des PAN sont détectables à l’œil nul même si on doit faire l’hypothèse d’une distance supérieure à 4 km. Ces éléments sont compatibles d’avions. On pourrait s’étonner que le témoin n’ait pas perçu à ce niveau de détail les lumières de navigation et en particulier les clignotements anticollisions, mais le témoin n’a fait l’objet d’aucune question ou demande de précision de la part des enquêteurs de l’époque. La perception de sifflement est compatible d’un avion compte tenu du grand nombre de facteurs intervenant dans cette perception, y compris si l’avion doit être considéré à plus de 4 km de distance.

Le témoignage et les éléments disponibles sont compatibles de l’observation d’avions dont la présence à plus de 4 km n’aurait rien d’anormal et reste non infirmable ou non confirmable faute de relevé de navigation disponible au-delà de cette distance. Cette compatibilité nécessite le rajout d’hypothèses certes plausibles mais qui réduisent la probabilité de l’explication sans pour autant l’invalider. L’hypothèse d’erreur de perception de proximité par le témoin est autorisée par l’absence de relevé de taille angulaire tandis que l’hypothèse d’une réelle perception de feux de navigation est autorisée par l’absence d’un protocole d’enquête qui aurait permis de faire préciser par le témoin un peu plus ce qu’il a perçu et non perçu.
Sur le plan de la consistance on note en particulier l’absence de relevé de taille angulaire perçue et l’absence de tout protocole de déposition permettant d’assurer de la précision dans ce qui est perçu et ce qui ne l’est pas. Nous disposons d’une hypothèse (avions) qui peut expliquer l’observation, mais le niveau d’incertitude résultant est trop fort eu égard au degré limité de consistance des éléments disponibles.
Le GEIPAN classe le cas en C : inexploitable par manque d’informations fiables.

Source GEIPAN Août 2019 :
http://www.cnes-geipan.fr/index.php?id=202&cas=1981-09-50782

Lien vers le PV de Gendarmerie

Compte-rendu d'enquête


01 janvier 1998

LE CAS JACQUES BLEY

De Barcelone au Canigou, en passant par Perpignan...
Conte, histoire ou légende d'un homme "protégé".

LE CAS JACQUES BLEY Résumé d'une enquête d'Antonio Ribera*

Extrait de "OVNI-E.T, LA VÉRITÉ CACHÉE : Terre, ta civilisation fout le camp !" de Jimmy Guieu

Jacques Bley est né le 20 juillet 1911. Affecté d’une forme grave de Lymphatite, c’était une vraie boule de graisse condamnée à se déplacer gauchement et à cacher ses énormes cuisses dans de larges pantalons. Son intelligence limitée et endormie désespérait les professeurs particuliers que son père, riche industriel espagnol, payait pour assurer son instruction. Un jour d’août 1923, Jacques, âgé de 12 ans, ne parvenait pas à s’endormir. Il éprouvait le désir de monter sur la terrasse mais n’osait pas, de crainte de se faire gronder par ses parents. Enfin, n’y tenant plus, il se hissa jusqu’au milieu de la terrasse, étendit une couverture et s’allongea par cette belle nuit d’été.

Il ne sut jamais s’il avait rêvé : de la mer il vit surgir des véhicules en forme de delta, d’aspect métallique. Deux d’entre eux s’approchèrent de la terrasse et se posèrent. Leur taille variait entre 2 et 3 mètres. L’un des véhicules sembla se « déplier » et fit apparaître une ouverture de laquelle sortit un être de un mètre vingt de haut. Il était vêtu d’un manteau blanc brillant et marchait en effleurant à peine le sol. Il s’adressa à Jacques : - Nous sommes venus te trouver parce que nous t’avons pris sous notre protection. Tu deviendras un homme fort dans ton corps comme dans ton esprit. En attendant, comme gage de notre amitié, prends ceci (il lui tendit une sorte de gros bonbon carré, noir). Mange-le entièrement et ne t’étonne pas de la nouvelle existence qui va commencer pour toi. Nous reviendrons plusieurs fois au cours de ta vie...   L’être retourna à son véhicule qui rejoignit les deux autres pour s’envoler en direction de Barcelone.

La tiédeur du soleil matinal réveilla Jacques d’un calme sommeil. Il avait dans la bouche une saveur âcre et des traînées noires salissaient les commissures de ses lèvres. A partir de ce jour, ce garçon gras et mou subit une métamorphose spectaculaire que ne peuvent expliquer ni la puberté, ni l’effet d’un rêve d’orientation. En quatre ans, il devint un magnifique athlète passionné de sport, d’une intelligence vive, s’intéressant à l’astronomie, aux sciences naturelles, à la psychologie. Il effectuait seul de longues randonnées dans la montagne. Il s’enfuit de chez lui avec deux amis pour former une troupe d’athlètes qui se produisit sur la piste du Cirque Olympia de Barcelone. Le scandale était grand dans sa famille traditionaliste et bourgeoise. Il enleva la bonne de la maison, se maria et eut bientôt un petit garçon. Il se consacra de plus en plus à la montagne, escaladant les plus hauts sommets. Peu avant la guerre civile (1936), il obtint le poste de météorologiste à l’Observatoire du Mont Cenis. Il y vécut quelque temps complètement seul et une nuit, on frappa à la porte. Il se leva, ouvrit et ne vit rien. Il prit son fusil et fit le tour du refuge : personne ! Il se recoucha et entendit gratter au volet en bois plein de la fenêtre, laquelle dominait une pente verticale de quelques centaines de mètres. Il ouvrit la fenêtre et aperçut une silhouette qui, lui tournant le dos, marchait dans l’air au-dessus de l’abîme et finit par s’effacer, disparaître dans la nuit !   Peu de temps après, la guerre civile (1936-1939), éclata en Espagne. Jacques créa un mouvement de résistance (région du Mont Cenis). Victime d’une dénonciation, il fut capturé, subit des tortures épouvantables. Envoyé dans le camp de concentration d’Ogern, il devint si maigre qu’on voyait les noeuds de ses intestins se dessiner sur la peau de son abdomen ! Finalement, une évasion rocambolesque le sortit de là. Incorporé de force dans l’Armée nationaliste, son refus de maltraiter les prisonniers "rouges" lui valut d’être condamné à mort. Trois soldats visèrent son corps appuyé contre un mur. Mais, à quatre mètres de distance seulement, les exécuteurs, visant les parties vitales, ne purent l’atteindre ! Leur chargeur vidé, ils s’enfuirent, épouvantés ! Jacques, absolument indemne, se rhabilla tranquillement et des amis lui procurèrent les documents nécessaires pour passer en France. Pris d’une impulsion subite, il se mit à peindre et exposa, dans une salle du Palais Municipal de Perpignan, des tableaux très appréciés. Muni du titre officiel de Guide Alpin, il accepta de diriger un petit hôtel, dans un village non loin de Vernet-les-Bains.

Un jour de 1951 , il fut abordé par un inconnu surgi devant lui à l’improviste. Il était grand, large de carrure, les yeux d’un azur limpide; ses cheveux, d’un blond lumineux, retombaient sur ses épaules. Le pantalon, très collant, dessinait la musculature des cuisses; les bottes noires et très ajustées ne possédaient pas de système de fermeture apparent; par contre, la blouse ample était fixée au pantalon par une fine ceinture. L’énigmatique inconnu lui adressa la parole d’une voix monocorde, en excellent français : - Je voudrais vous demander une faveur : pourriez-vous me fournir, tous les jours à la même heure, deux bouteilles de lait et un pain ?   Jacques accepta et un étrange manège commença : l’inconnu prenait le pain et le lait sans presque jamais ouvrir la bouche et s’en retournait sur le sentier grimpant. Pourtant, un jour, Jacques - qui le prenait pour un Allemand - lui demanda d’où il venait. «De là-haut» répondit, laconique, ce personnage peu bavard. Jacques pensa que, par « là-haut », il entendait la montagne.

Peu à peu, les habitués de l’auberge le virent parfois s’asseoir dans le patio, mais sans jamais commander une boisson. Un jour, il se mit à parler, mais on comprenait très mal cette conversation où les concepts étaient trop profonds et insolites. Une fois, il expliqua qu’il effectuait le relevé topographique du Canigou (Pyrénées Orientales), et il déplia une feuille de papier avec tous les relevés de niveaux et des signes incompréhensibles. Il avait accompli ce travail seul, sans même bronzer au soleil de la montagne. Un jour, Jacques suivit l’inconnu sans être vu et découvrit son campement : une étrange tente conique d’un gris métallique, près de laquelle se tenait un être semblable à lui, mais qui lui parut être une femme. L’inconnu vint lui parler, développa des thèmes socio-politiques : « Votre planète est constituée d’une société équilibrée... L’égoïsme humain n’est pas congénital... l’Homme, avec son orgueil, ignore que sur la Terre est en train de se développer un animal en plein processus d’évolution qui, avec le temps, le remplacera... Même vos enfants subissent une mutation... ». Son regard semblait s’illuminer quand il parlait, sans que jamais un véritable sourire se produise. Une fois, le maire de la commune lui demanda ses papiers mais, décontenancé par le regard si profond de l’inconnu, il se retira sans obtenir de réponse. Le fils de Jacques voulut un jour photographier son père avec son ami, mais celui-ci le fixa en répondant « non » et son visage s’assombrit d’une façon très particulière. Devant l’insistance du garçon, il consentit : « Fais-le, mais cela ne servira à rien ». En effet, sur la pellicule, les deux négatifs en question, et eux seuls, se révélèrent être transparents ! Mais enfin, s’enquit Jacques, d’où venez-vous, exactement ? (Aucune réponse). Vous ne pouvez pas essayer de nous expliquer, d’être plus compréhensible ? L’inconnu s’efforça d’être plus clair afin que Jacques comprenne. Il ponctuait de « Bravo, bien compris ! », quand son interlocuteur avait enregistré convenablement ses explications.

Puis le jour du départ arriva : - Demain, je retournerai « là-haut » et comme je n’ai pas d’argent comme le vôtre, je vous paierai le pain et le lait avec quelque chose que vous appréciez, vous, Terriens. Malgré les protestations de Jacques, le lendemain, l’inconnu prit dans sa ceinture un petit paquet qui contenait des pierres noirâtres : - Ce sont des pépites d’or. Le Cadi (rivière du Canigou) est aurifère. Lorsque Jacques porta les pierres à un bijoutier de Perpignan, on les lui paya très cher.

L’étrange épisode resta enfoui dans la mémoire de Jacques pendant dix ans, jusqu’au jour où, lors d’une conversation avec le Dr Marcel Pagès , le souvenir lui revint brusquement ! Peu à peu, des facultés paranormales s’éveillèrent en lui et favorisèrent ses activités. Maintenant (années 50/60?), il est l’industriel le plus puissant d’Andorre. Il réussit à guérir sa femme atteinte d’une hernie discale et traita avec le même succès d’autres personnes. Pendant l’été 1971 , installé dans son chalet andorran, il reçut un mystérieux coup de téléphone où il reconnut la voix monocorde de son visiteur de Casteil. « Tu ne vieilliras pas, lui annonça-t-il, et ton âme s’ouvrira aux vérités éternelles... Je te parle depuis une voiture dans les bois de Vincennes ». Ceux qui le connaissent ne peuvent pas douter. Tous les médecins sont d’accord pour dire qu’il a les artères d’un jeune de vingt ans et il n’a aucune bactérie intestinale. Il ne dort que quelques heures par nuit, passant une grande partie de la nuit nu et immobile, debout. Il fait énormément de ski et ne semble jamais fatigué.

" Cette enquête (poursuit le texte) est accompagnée de photos de Jacques Bley, avant et après (aucune photo, hélas, avec le texte qui m’a été communiqué! J.G). Autres documents : interviews auprès d’amis, celles de l’ancien maire de Casteil et d’habitants du village, du bijoutier qui se rappelle très bien le jour où on lui apporta les pépites, de photos de l’homme à peine vêtu lorsqu’il guidait les touristes sur les pentes enneigées du Canigou." (fin du texte).

Mise à jour du 5/10/2014 :
D'après l'ouvrage d'Olivier Rimbault intitulé : "Démons et Merveilles du Canigou" aux éditions Les Presses Littéraires paru en août 2014, ce récit proviendrait non pas d'une "enquête" d'Antonio Ribera mais d'une nouvelle parue en 1969 sous le pseudonyme de Ricardo Blasco (Antonio Ribera). Il s'agirait donc bien d'un conte fictif. On le garde quand même dans nos archives pour son côté insolite mais OVNI66 se devait de préciser cette nouvelle information.